Economie
URL courte
7591
S'abonner

Le corps des Gardiens de la révolution islamique est prêt à fermer le détroit d'Ormuz servant à livrer le pétrole à d’autres pays, selon son commandant adjoint, Ismaïl Kosari.

L'Iran menace de mesures radicales dans le cas où l'exportation de son pétrole serait restreinte sur le marché international par les États-Unis.

«Si l'exportation du pétrole iranien est restreinte, nous ne permettrons pas d'exporter le pétrole vers d'autres pays par le biais du détroit d'Ormuz», a déclaré à l'agence YJC Ismaïl Kosari, commandant adjoint du corps des Gardiens de la révolution islamique.

La semaine dernière, le département d'État américain a appelé les pays du monde à cesser leurs importations de pétrole iranien d'ici au 4 novembre sous peine de s'exposer aux sanctions américaines rétablies conséquemment à la sortie de Washington de l'accord sur le nucléaire iranien.

Or, selon Eshagh Jahangiri, Téhéran était prêt à «mettre en échec ce slogan des États-Unis selon lequel [l'exportation du, ndlr] pétrole iranien doit être bridée».

Lire aussi:

Erdogan veut donner «une leçon forte et dissuasive» à Israël
Trois roquettes tirées depuis le Liban en direction d'Israël
L'armée d’Israël lance une opération dans la bande de Gaza
Mère immolée à Mérignac: le garde des Sceaux hué au Sénat
Tags:
pétrole, Détroit d'Ormuz, Téhéran, États-Unis, Iran
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook