Economie
URL courte
7591
S'abonner

Le corps des Gardiens de la révolution islamique est prêt à fermer le détroit d'Ormuz servant à livrer le pétrole à d’autres pays, selon son commandant adjoint, Ismaïl Kosari.

L'Iran menace de mesures radicales dans le cas où l'exportation de son pétrole serait restreinte sur le marché international par les États-Unis.

«Si l'exportation du pétrole iranien est restreinte, nous ne permettrons pas d'exporter le pétrole vers d'autres pays par le biais du détroit d'Ormuz», a déclaré à l'agence YJC Ismaïl Kosari, commandant adjoint du corps des Gardiens de la révolution islamique.

La semaine dernière, le département d'État américain a appelé les pays du monde à cesser leurs importations de pétrole iranien d'ici au 4 novembre sous peine de s'exposer aux sanctions américaines rétablies conséquemment à la sortie de Washington de l'accord sur le nucléaire iranien.

Or, selon Eshagh Jahangiri, Téhéran était prêt à «mettre en échec ce slogan des États-Unis selon lequel [l'exportation du, ndlr] pétrole iranien doit être bridée».

Lire aussi:

Netflix enregistre 800% de désabonnements en plus depuis septembre à cause des «Mignonnes»
Appels au boycott de produits français dans des pays musulmans
Un élève-gendarme interrompt une attaque au couteau et interpelle l’agresseur
Il traite ses copains de «fils de porcs» dans le 93, sa mère refuse de s'excuser auprès de l'enseignant et l'insulte
Tags:
pétrole, Détroit d'Ormuz, Téhéran, États-Unis, Iran
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook