Ecoutez Radio Sputnik
    Yuans et dollars

    La Chine riposte aux USA et dévalue le yuan face au dollar

    © REUTERS / Jason Lee
    Economie
    URL courte
    171125

    Sur fond de nouveau regain de tensions dans l’affrontement commercial avec Washington, Pékin a fait recours à la dépréciation du yuan. Un moyen de pression censée stimuler les exportations aux États-Unis.

    La Banque populaire de Chine a fait baisser le 12 juillet le taux du yuan de 0,73% face au dollar sur fond d'un nouveau regain de tension avec Washington dans leur affrontement commercial.

    Le taux de change a été fixé le 12 juillet au niveau de 6,6726 yuans pour un dollar, ce qui est supérieur de 492 point au taux établi un jour auparavant.

    Cette mesure intervient quelques heures après l'annonce par le représentant américain au Commerce (USTR) de l'intention de taxer 200 milliards de dollars de produits supplémentaires en provenance de Chine.

    L'agence Bloomberg affirmait en avril que la Chine réfléchissait aux conséquences potentielles d'une dépréciation du yuan en tant que moyen de pression dans son affrontement commercial avec les États-Unis.

    Dans cette bataille qui a commencé avec la décision des États-Unis de taxer leurs importations d'aluminium et d'acier, la Chine garde un atout dans sa manche: une grande quantité de dette souveraine émise par le Trésor américain.

    La Chine détenait environ 1.170 milliards de dollars (950 milliards d'euros) d'obligations du Trésor américain à la fin janvier, ce qui en fait le créancier étranger numéro un des États-Unis et le deuxième propriétaire de titres du gouvernement américain après la Réserve fédérale des États-Unis.

    Lire aussi:

    Une arme à un billion de dollars: comment la Chine va ruiner l’économie des USA
    À la guerre comme à la guerre: la Chine liquide ses obligations américaines
    En pleine guerre commerciale avec les USA, Pékin relève brusquement le niveau de son yuan
    Tags:
    droits de douane, commerce, yuan, dollar US, Chine, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik