Economie
URL courte
8420
S'abonner

Berlin ne doit pas céder aux États-Unis qui s’opposent à la construction du gazoduc Nord Stream 2, estime la Présidente du Parti social-démocrate d'Allemagne. Selon elle, ce projet ne représente pas de menace pour la sécurité énergétique du pays.

L'Allemagne ne doit pas renoncer au projet Nord Stream 2 malgré la position des États-Unis, a déclaré la présidente du Parti social-démocrate d'Allemagne Andrea Nahles dans une interview pour Funke Mediengruppe.

«Nous ne pouvons pas permettre qu'on nous oblige à renoncer à nos accords dans le secteur énergétique seulement parce que le Président américain ne peut pas l'accepter», a-t-elle déclaré.

Selon elle, la construction du gazoduc Nord Stream 2 ne menace pas la sécurité énergétique de son pays.

«Nous recevons des livraisons énergétiques depuis plusieurs pays. Un nouveau gazoduc ne nous rendra pas plus dépendants de la Russie», a-t-il ajouté.

Auparavant, le directeur administratif et financier de l'entreprise allemande Uniper, Christopher Delbruck, avait déclaré que la pose des premiers tuyaux en Allemagne avait commencé fin juillet.

Le gazoduc Nord Stream 2, qui reliera la Russie à l'Allemagne, aura une capacité de 55 milliards de mètres cubes de gaz par an. Le projet a un coût estimé à près de 10 milliards d'euros. Les partenaires de Gazprom dans le projet sont Engie, OMV, Shell et deux sociétés allemandes, BASF et Uniper.

Les États-Unis tentent, quant à eux, de tuer le projet dans l'œuf: le 23 mai, le secrétaire d'État américain Mike Pompeo avait déclaré que les États-Unis étaient prêts à «sauver» l'Europe de sa dépendance au gaz russe et avait promis de mettre en œuvre tous les efforts nécessaires pour que le projet de Nord Stream 2 ne voie jamais le jour.

Lire aussi:

Le pass sanitaire en cause? L’institut Pasteur améliore ses pronostics pour la quatrième vague
Licenciement en cas de non-vaccination? La droite dénonce «une volonté de revanche sur le dos des salariés»
Plus besoin d’autorisation parentale pour vacciner les ados de 16 ans: «Le gouvernement ouvre une boîte de Pandore»
Un mort et un autre en réanimation: en Occitanie, le vaccin Pfizer accusé de tuer «des jeunes en pleine forme»
Tags:
Royal Dutch Shell, sécurité énergétique, gazoduc, Nord Stream 2, Uniper, ENGIE (ex-GDF Suez), Gazprom, OMV (groupe énergétique), Donald Trump, Allemagne, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook