Ecoutez Radio Sputnik
    Image d'illustration

    Comment la politique des sanctions torpille l’hégémonie du dollar US

    CC0
    Economie
    URL courte
    6200

    En poursuivant leur politique de mesures de rétorsion, les États-Unis poussent les pays à renoncer au commerce interétatique en dollars, ce qui ébranlera aussi bien les positions du billet vert que la position de l’Amérique sur la scène internationale, prévient un expert de renom américain.

    La politique de sanctions menée activement par les États-Unis est susceptible de pousser les autres pays à créer un système financier alternatif, ce qui risque au bout du compte de mette fin à l’hégémonie du billet vert sur la scène internationale, estime Gal Luft, directeur de l'Institut d'analyse de la Sécurité Globale, dans son article pour CNBC.

    D’après l’analyste, cette politique de recours aux mesures de rétorsion et aux barrières commerciales a fait que Washington est actuellement en état de guerre économique avec un pays sur 10, dont la Chine, l’Iran, la Russie et le Venezuela. La population globale de ces États s’élève à deux milliards de personnes et leur PIB cumulé est de plus de 15.000 milliards de dollars, explique-t-il.

    En outre, les États-Unis ont inscrit sur liste noire des milliers de personnes proches des autorités de ces pays, leur fermant l’accès au système financier global.

    Ces actions ont déjà conduit à ce que tous ces gouvernements et les riches entrepreneurs les soutenant ont atteint une masse critique et ont uni leurs efforts afin de mettre en place un système financier parallèle. S’ils y parviennent, la position des États-Unis sur la scène internationale sera sérieusement ébranlée, estime Gal Luft.

    Par ailleurs, le statut unique du dollar en tant que monnaie de réserve internationale constitue l’un des piliers du leadership américain. Selon les pronostics de l’analyste, l’avenir de la devise américaine sera décidé sur les marchés globaux des matières premières, dont le pétrole.

    Or, parmi les pays opposés à la politique de sanctions, figurent beaucoup d’exportateurs de l’or noir qui estiment que leur produit ne doit pas être évalué et vendu en dollars, poursuit le spécialiste. Ainsi, la Chine préfère acheter du pétrole à l’Angola, du gaz à la Russie, du charbon à la Mongolie et régler en yuans, ce qui réduit les pertes que subissent les parties en raison du taux de change. En outre, la Russie a fait part de son intention de mener le commerce avec la Turquie sans avoir recours au billet vert. Quant aux pays des Brics, ces derniers veulent fonder une économie sans dollar.

    Compte tenu de ce cas de figure, il faut s’attendre dans un avenir proche à de fréquentes attaques contre l’hégémonie du dollar et l’un des principaux combats pour le leadership américain se déroulera sur le marché des hydrocarbures. D’ailleurs, la dette publique américaine, qui croit à une vitesse de 1.000 milliards de dollars par an, peut accélérer ce processus.

    «Chaque tentative réussie de séparer le commerce des matières premières du dollar auront une cascade de conséquences non seulement pour le système économique mondial habituel, mais aussi pour les positions de l’Amérique à l’étranger», conclut Gal Luft.

    Lire aussi:

    Le monde se révolte: la Russie et l'UE veulent «démanteler» le dollar
    La Banque mondiale signerait l'arrêt de mort du dollar
    Manifestations en Iran: cachez-moi cette guerre financière que je ne saurais voir
    Tags:
    système financier, restrictions, sanctions, guerre commerciale, hégémonie, dollar US, BRICS, Mongolie, Angola, Russie, Chine, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik