Economie
URL courte
4550
S'abonner

La Suisse et d’autres pays pourront participer à un système de paiement similaire au SWIFT, si ce projet voit le jour, a déclaré à Sputnik l’ambassadeur de Suisse en Russie, Yves Rossier.

Interrogé par Sputnik, l'ambassadeur de Suisse en Russie, Yves Rossier, a indiqué que la Confédération pourrait se joindre à un analogue du SWIFT s'il était créé. Berne entend examiner les nouveaux projets dans ce domaine.

Toutefois, la question de la création d'un nouveau système de paiement est plus actuelle pour l'Union européenne que pour la Suisse, a ajouté le diplomate.

Quoi qu'il en soit, la position suisse sur ce sujet ne serait pas différente le point de vue d'autres pays, souligne M.Rossier. Si ce nouveau système est mis en place, chaque pays participera à ce projet, assure l'interlocuteur de Sputnik.

Le SWIFT (Society for Worldwide Interbank Financial Telecommunication) est un système interbancaire international de transfert d'information et de paiement. Plus de 11.000 institutions financières de 200 pays y sont connectées. En 2014, des représentants du SWIFT ont fait savoir que des pressions étaient exercées sur le système par certains États insistant sur sa participation aux sanctions antirusses. La même année, la Russie a de son côté créé un instrument similaire au WIFT, le système de transfert des messages financiers (SPFS).

En août 2018, le chef de la diplomatie allemande, Heiko Maas, a déclaré que l'Union européenne devait créer un analogue indépendant du SWIFT pour protéger ses entreprises des sanctions américaines contre l'Iran.

Lire aussi:

Un épidémiologiste croit savoir les causes de la mortalité plutôt faible du Covid-19 en Allemagne
Cet aliment contribuerait au vieillissement des artères et à l’apparition de maladies cardiaques
Christine Lagarde précise comment la crise va «changer profondément» les économies
Tags:
système de paiement, échange d'informations, ambassadeur, sanctions, Union européenne (UE), SWIFT, Heiko Maas, Suisse, Berne, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook