Ecoutez Radio Sputnik
    «En aucune circonstance, le GNL US ne pourra faire concurrence au gaz russe en Europe»

    «En aucune circonstance, le GNL US ne pourra faire concurrence au gaz russe en Europe»

    © REUTERS / Nord Stream 2
    Economie
    URL courte
    10583

    Les sénateurs américains Chris Murphy et Ron Johnson ont proposé un projet de loi visant à lutter contre l’«influence maligne russe» sur l’Union européenne et à garantir la sécurité et la diversification de l’énergie pour l’Europe. Sputnik en a discuté avec Mamdouh Salameh, spécialiste du marché pétrolier à ESCP Europe Business School.

    Le projet de loi déposé par les sénateurs américains Chris Murphy et Ron Johnson ne reflète que l'intérêt des États-Unis et non le désir d'aider l'Union européenne à diversifier ses sources d'énergie, a déclaré à Sputnik Mamdouh Salameh, professeur d'économie de l'énergie à ESCP Europe Business School, commentant la proposition de loi dirigée contre la «domination énergétique russe» en Europe.

    «Malgré toutes les tentatives des États-Unis, soutenues par des pays tels que la Pologne, les États baltes, la Géorgie et l'Ukraine, pour torpiller les livraisons de gaz russe à l'UE, le contrôle de la Russie sur les livraisons de gaz ne fera que se renforcer. […] En aucune circonstance, le gaz naturel liquéfié (GNL) américain ne pourra faire concurrence au gaz russe en Europe», a indiqué l'interlocuteur de l'agence.

    Et d'expliquer que la Russie n'avait pas besoin de liquéfier son gaz naturel pour le livrer en Europe. Par ailleurs, elle a d'ores et déjà le monopole de gazoducs européens et ce, même sans le Nord Stream 2.

    «La Russie satisfait près de 40% de la demande européenne en gaz, et cela ne fera que se poursuivre à l'avenir», a résumé l'interlocuteur de Sputnik.

    Le projet Nord Stream 2 prévoit la construction de deux gazoducs reliant le littoral russe à l'Allemagne via la mer Baltique. Sa capacité totale sera de 55 milliards de mètres cubes par an. Le chantier doit être terminé avant fin 2019 et le coût du projet est évalué à 9,9 milliards d'euros. La nouvelle installation doit passer à côté du gazoduc Nord Stream, opérationnel depuis 2011.

    Lire aussi:

    Nord Stream 2 ferait gagner aux Européens huit milliards d’euros
    L’Europe aura toujours besoin du gaz russe, selon le Forum des pays exportateurs de gaz
    Les projets pétroliers et gaziers russes hors de danger malgré les nouvelles sanctions
    Tags:
    monopode, concurrence, livraisons, gaz naturel liquéfié (GNL), Nord Stream 2, Union européenne (UE), Sputnik, ESCP Europe Business School, Ron Johnson, Chris Murphy, Mamdouh Salameh, États-Unis, Europe, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik