Ecoutez Radio Sputnik
    Yuan

    La monnaie chinoise atteint son plus bas niveau face au dollar depuis une décennie

    © AFP 2019 STR
    Economie
    URL courte
    8101

    Le yuan bat en retraite contre le dollar sur fond de ralentissement de son économie et sous le poids des droits de douanes américains, dont une nouvelle série pourrait bientôt être imposée.

    La banque centrale chinoise (PBOC) a de nouveau fait baisser ce jeudi le taux du yuan. Cette fois-ci, la monnaie nationale chinoise a cédé 0,28% face au billet vert, retrouvant son niveau le plus bas depuis 2008.

    Selon les données publiées par l'institution financière, le taux de change a été fixé le 1er novembre au niveau de 6,9670 yuans pour un dollar, ce qui est inférieur de 492 points au taux établi la veille, mettant la monnaie nationale à son plus bas niveau face au billet vert depuis 10 ans.

    La valeur du yuan poursuit sa baisse sur fond d'inquiétudes autour du ralentissement de la croissance intérieure et de l'anticipation des droits de douane américains pesant sur l'économie chinoise.

    Les tensions commerciales entre Washington et Pékin ne semblent pas sur le point de s'apaiser, les investisseurs estimant que la monnaie chinoise va encore s'affaiblir et que les autorités le laisseront filer en deçà du seuil de sept pour un dollar, ce qui serait une première depuis la crise financière mondiale.

    Mais ils sont peu nombreux à prévoir une dévaluation brutale ou des dégagements massifs sur le yuan comme ce fut le cas durant la période 2015-2016, ce qui déclencherait des fuites de capitaux, permettant aux États-Unis de tirer à boulets rouges sur les autorités chinoises.

    Lire aussi:

    L’Iran déclare avoir envoyé un «message clair» aux USA en abattant leur drone
    L'Iran a abattu un drone espion américain près du détroit d’Ormuz
    Le classement des pays les plus dangereux du monde réserve plusieurs surprises
    Tags:
    yuan, monnaie, économie, États-Unis, Chine
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik