Ecoutez Radio Sputnik
    Nord Stream 2

    Nord Stream 2: Moscou qualifie la position US d’«ingérence» dans les affaires de l’UE

    © Photo. Nord Stream 2/Axel Schmidt
    Economie
    URL courte
    7182

    Les déclarations faites récemment par certains responsables américains concernant la construction du gazoduc Nord Stream 2 constituent un exemple d’ingérence dans la politique européenne, estime Maria Zakharova. Washington ne cesse pas de menacer d’arrêter la réalisation de ce projet.

    Lors de son point presse hebdomadaire, la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères Maria Zakharova a dénoncé jeudi l'«ingérence» de Washington dans les affaires européennes, notamment, en ce qui concerne la réalisation du gazoduc Nord Stream 2.

    «Ces derniers jours, nous observons une activité remarquable des responsables américains au sujet du gazoduc Nord Stream 2. Il s'agit d'un exemple classique de véritable ingérence désinvolte américaine dans les affaires de l'UE et des pays de l'UE eux-mêmes», a-t-elle déclaré.

    L'ambassadeur américain auprès de l'Union européenne Gordon Sondland a déclaré le 13 novembre que Washington avait de «nombreux instruments» pour arrêter la construction du gazoduc qui, selon lui, rendrait vulnérables l'Europe et, par conséquent, les États-Unis.

    En réponse à cette déclaration, le PDG du géant russe Gazprom Alekseï Miller s'est dit sûr que le projet Nord Stream 2 serait mené à terme malgré toutes les menaces des États-Unis.

    Le projet Nord Stream 2 prévoit la construction de deux conduites longues de 1.200 kilomètres reliant le littoral russe à l'Allemagne, par la mer Baltique. Sa capacité totale sera de 55 milliards de mètres cubes par an. Le coût du projet est évalué à près de 10 milliards d'euros.

    Les États-Unis ont auparavant à plusieurs reprises demandé aux pays européens de ne pas participer au projet Nord Stream 2, brandissant la menace de sanctions à leur égard.

    Début novembre, le groupe Nord Stream 2 AG a annoncé avoir posé 200 kilomètres de gazoduc dans le fond de la mer Baltique.

    Lire aussi:

    Couler Nord Stream 2: quand Washington et Kiev se préoccupent de leurs «amis européens»
    Nord Stream 2: 200 kilomètres du gazoduc déjà construits
    Nord Stream 2: le PDG de Wintershall commente le litige avec l'Ukraine
    Tags:
    ingérence, gazoduc, Nord Stream 2, Gazprom, Union européenne (UE), Maria Zakharova, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik