Ecoutez Radio Sputnik
    Charbon

    L’Allemagne ferme sa dernière mine de charbon

    © Sputnik . Evgeny Epanchintsev
    Economie
    URL courte
    8124

    Sans délaisser le charbon comme source d’énergie, l’Allemagne abandonne néanmoins l’exploitation de ses mines de houille. La dernière vient d’être fermée dans la Ruhr.

    La dernière mine de houille d'Allemagne ferme ce vendredi dans la Ruhr, dans l'ouest du pays, après plus de 150 ans d'exploitation. L'extraction n'était en effet depuis longtemps plus rentable en raison de la concurrence internationale, avec un coût de revient trois fois supérieur au cours du charbon.

    Pour fournir ses centrales électriques, l'Allemagne importe de la houille d'Asie ou d'Australie et continue parallèlement d'exploiter des mines de lignite à ciel ouvert, un charbon de mauvaise qualité mais bon marché. Comme d'autres pays en Europe, le pays n'abandonne pas pour autant le charbon.

    Le charbon, matière polluante, reste la première source de production d'électricité dans le monde. La Pologne, les pays balkaniques et la Turquie en extraient pour leurs centrales électriques. L'Inde et de nombreux pays asiatiques en développement en consommeront de plus en plus, selon des experts, en raison de la croissance économique qui provoque la consommation d'énergie. La Chine consomme la moitié de la production mondiale de charbon.

    Après la fermeture, la dernière mine de la Ruhr sera transformée en parc et en musées, ou bien en une station de pompage-turbinage d'une capacité de 200 mégawatts.

    Plus de 20.000 mineurs sont descendus dans la rue en octobre dernier à Bergheim pour protester contre la fermeture d'usines utilisant du charbon.

    Lire aussi:

    Un aveu bien difficile: l'Ukraine reconnait acheter du charbon russe
    Première livraison de charbon américain en Ukraine
    La Chine serait-elle en train de construire des centrales à charbon fantômes?
    Tags:
    énergie, mine, charbon, Ruhr, Allemagne
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik