Economie
URL courte
373
S'abonner

Ressentant le contrecoup de la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine, l’Union européenne décide de limiter ses importations d’acier, y compris brésilien. Sputnik a discuté des éventuelles conséquences d’une telle mesure protectionniste avec José Augusto de Castro, président de l’Association du commerce extérieur du Brésil (AEB).

Visant à protéger l'industrie sidérurgique européenne, les limitations des importations d'acier dans l'UE entreront en vigueur dès février et concerneront 28 catégories de produits en acier, dont 7 sont exportés en Europe par le Brésil, a rappelé à Sputnik le président de l'Association du commerce extérieur du Brésil (AEB), José Augusto de Castro.

«Toute limitation mène à une récession», a poursuivi l'interlocuteur de l'agence.

Et d'ajouter que cette mesure pourrait entraîner des limitations pour d'autres catégories de produits.

«L'activité économique dans l'UE ralentit progressivement et il n'est sans doute pas à exclure que cette mesure de prévention [limitation d'importations d'acier, ndlr] fasse que la récession dans l'Union européenne ait des conséquences beaucoup plus graves», a estimé l'expert.

Selon ce dernier, le ralentissement de la croissance économique en Europe se répercute inévitablement sur d'autres pays justement à cause de cette mesure protectionniste de l'industrie sidérurgique européenne.

«S'ils exportent moins, les pays tiers importeront moins également. Par conséquent, peut-être indirectement, mais l'UE contribue à une récession mondiale. C'est le début du ralentissement de l'économie mondiale», a expliqué le Brésilien.

Et de prévenir que fort de son influence, le bloc économique européen pourrait lancer une tendance à l'introduction de nouvelles limitations économiques par d'autres pays.

La Commission européenne avait mis en place dès le 19 juillet dernier des mesures de sauvegarde «provisoires» à l'encontre des importations de produits sidérurgiques, à la suite de l'imposition par les Etats-Unis de droits de douane sur l'acier et l'aluminium européens respectivement de 25 % et 10 % à l'entrée sur le marché américain. Les nouvelles mesures ont toujours la même finalité à savoir préserver les intérêts des producteurs d'acier de l'UE.

Lire aussi:

Covid-19, en continu: la Belgique dépasse la barre des 3.000 morts
Trump réagit à l’envoi de matériel médical par la France à l’Iran
Macron préparerait déjà l’après-confinement, avec de grandes annonces en juillet
Le coronavirus fera-t-il de la Chine le nouveau maître du monde?
Tags:
protectionnisme, sidérurgie, économie, importations, acier, guerre commerciale, Commission européenne, Sputnik, Union européenne (UE), Association du commerce extérieur du Brésil (AEB), José Augusto de Castro, Chine, États-Unis, Brésil, Europe
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook