Ecoutez Radio Sputnik
    Siège de Facebook dans Silicon Valley

    Que deviendrait la Silicon Valley sans investissements chinois?

    © AP Photo / Jeff Chiu
    Economie
    URL courte
    4260
    S'abonner

    Les tentatives pour entraver le développement technologique de la Chine sont susceptibles de coûter cher aux Amérciains, estime un chercheur de l’Université Renmin contacté par Sputnik.

    Les mesures de contrôle des investissements dans le secteur des technologies récemment déployées par les États-Unis risquent de freiner leur propre développement technologique, a déclaré à Sputnik Bian Yongzu de l'Université chinoise Renmin.

    «Les Américains ne sont pas toujours conscients du fait que la Chine est actuellement en mesure de développer seule de nombreuses technologies de pointe et toute restriction la visant ne sert pas les intérêts des États-Unis», indique M.Bian.

    L'expert rappelle que Pékin investit dans des entreprises américaines implantées dans la Silicon Valley.

    «Cela est bénéfique pour le développement technologique des Etats-Unis. Et s'ils coupent ce flux d'investissements, cela leur portera préjudice en premier lieu à eux-mêmes. Les entreprises chinoises pourraient, pour leur part, se concentrer sur le marché national pour investir dans les innovations à l'intérieur du pays», explique l'interlocuteur de l'agence.

    Auparavant, l'ex-vice-président de la Banque centrale chinoise Zhu Min avait déclaré que Pékin pourrait cesser d'investir dans la Silicon Valley. Il avait fait cette mise en garde dans le contexte des tentatives américaines pour chasser Huawei du marché et des nouvelles initiatives en matière de contrôle des investissements.

    Selon les données de Rhodium Group, de 2013 à 2018, les investissements à risque chinois dans le secteur technologique aux Etats-Unis sont passés de 376 millions à 3,1 milliards de dollars. Pourtant, Washington accuse de plus en plus souvent Pékin de vol de propriété intellectuelle, ce qui crée la méfiance entre les investisseurs chinois et les start-uppers américains.

    Tags:
    contrôle, commerce, restrictions, technologies, investissements, Huawei, Université Renmin de Chine, Bian Yongzu, Min Zhu, Silicon Valley, Chine, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik