Ecoutez Radio Sputnik
    Euro inservible

    Nouveau coup dur pour le pouvoir d’achat, des opérateurs téléphoniques haussent les tarifs

    © Flickr/ Lesum
    Economie
    URL courte
    Fabien Buzzanca
    16688

    En ce début d’année 2019, Bouygues Télécom, SFR et Free mobile ont décidé d’augmenter le prix de leurs services pour certains de leurs clients. Si la manœuvre est légale, la manière de procéder est pointée du doigt. Il existe néanmoins des moyens afin de refuser ces hausses. On vous explique tout.

    «Clients Bouygues Télécom, SFR et Free mobile, lisez bien les messages que vous fait parvenir votre opérateur.»

    L'UFC-Que Choisir a lancé l'alerte le 6 février. Les trois géants des télécommunications ont décidé de faire payer plus chers certains de leurs services. Du côté de Bouygues Télécom, les clients de certains forfaits Bbox paieront leur abonnement 3 euros de plus par mois. Chez SFR, ce sont les clients de plusieurs forfaits mobiles, dont ceux de la marque Red by SFR, qui verront leur facture mensuelle augmenter de 2 euros.

    ​C'est un peu différent concernant Free mobile. Pour les détenteurs des forfaits à 2 euros, les appels vers de multiples destinations à l'étranger coûteront, à partir du 1er mars, 1,35 euros la minute. Ce qui constitue une belle hausse quand on sait qu'aujourd'hui, ces prix varient de quelques centimes à moins de 1 euro.

    ​Au-delà de la dimension pécuniaire, c'est la méthode qui agace de nombreux consommateurs. Pour Bouygues Télécom et SFR, ces hausses de tarifs sont activées par défaut car liées à un changement des options. En contrepartie d'un paiement plus important, les clients de SFR bénéficieront d'une hausse de 10 Go des données mobile sur les forfaits 4G. Pour Bouygues, c'est l'arrivée des appels illimités vers les mobiles qui justifie de mettre la main à la poche.

    Reste que, comme le confirme nos confrères d'Europe 1, la manœuvre est tout à fait légale, les forfaits étant «à engagement». Afin de respecter la loi, les opérateurs sont tenus de prévenir au moins un mois à l'avance. Ce qu'ils ont fait.

    «Les abonnés concernés par ces hausses de tarif ont beau s'émouvoir, à juste titre, de ces pratiques qu'ils jugent injustes, la loi est du côté des opérateurs: Bouygues, SFR et Free sont en droit d'augmenter leurs prix comme bon leur semble à condition d'en avertir leurs clients par écrit au moins un mois avant l'entrée en vigueur de la hausse», explique l'UFC-Que choisir.

    Les clients mécontents soulignent que les emails reçus mettaient plus en avant les avantages liés à ces augmentations de tarifs que les augmentations elles-mêmes, mais ils ont tout de même de quoi se faire entendre. Les options supplémentaires peuvent être refusées. Il faut pour cela suivre la procédure indiquée par les opérateurs et le faire dans un délai de quatre mois après le changement. Europe 1 note que SFR a répondu ceci à un client mécontent:

    «Si vous le souhaitez, vous pouvez choisir de conserver votre offre actuelle en vous rendant sur le lien communiqué dans le courrier que vous avez reçu.»

    Dans les faits, l'UFC-Que Choisir note cependant que «plusieurs abonnés» ont assuré «n'avoir pas réussi à se connecter à la page leur permettant de valider le refus».

    Pour ce qui est de Free mobile, là encore c'est un peu plus compliqué. Les forfaits étant sans engagement, les clients n'ont pas la possibilité de refuser les augmentations de tarif. Cependant, «elles constituent un motif légal pour demander une résiliation sans frais de votre contrat», explique Europe 1.

    Ces augmentations de tarifs peuvent paraître paradoxales quand on connaît la féroce concurrence qui règne entre les opérateurs. Cette dernière les pousse à multiplier les offres chocs à des tarifs compétitifs. Mais cette affaire est surtout un coup dur supplémentaire porté au portefeuille des Français, loin d'être ménagés depuis le début de l'année. La loi alimentation provoque déjà des hausses de tarifs importantes, de +0,5 à +9,9% sur ceratins produits alimentaires de grande marque, selon Le Parisien. De plus, les tarifs des péages autoroutiers ont augmenté de 1,8 à 1,9% au 1er février; sans oublier la hausse historique probable des prix de l'électricité à venir. La Commission de régulation de l'énergie (CRE) a en effet proposé une hausse du tarif réglementé de 5,9% TTC. 

    Pourtant, en janvier dernier, François Villeroy de Galhau, gouverneur de la Banque de France, se voulait rassurant. Il tablait sur une augmentation du pouvoir d'achat des Français de plus de 1,5% en 2019. Un plus haut en douze ans.

    Lire aussi:

    Bill Clinton en robe bleue et pas que… Des trouvailles extravagantes dans une résidence d’Epstein – images
    Un énorme requin blanc filmé à quelques centimètres d’une cage de plongeurs – vidéo
    Un «souvenir» de vacances illégal pourrait coûter leur liberté à deux Français
    Tags:
    péage, lutte sociale, gilets jaunes, tarifs, hausse, automobiliste, économie française, classe moyenne, portable, pouvoir d'achat, téléphonie mobile, tarifs de l'électricité, augmentation, mouvement, technologies, automobile, pauvreté, manifestation, économie, euro, Bouygues, Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE), Xavier Niel, Martin Bouygues, Paris, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik