Economie
URL courte
11641
S'abonner

Les autorités russes ont informé l’OMC qu’en réponse à la fixation de quotas sur les importations de certains produits sidérurgiques en Europe, elles se réservaient le droit d’imposer des restrictions sur des marchandises provenant de l’UE.

La Russie a notifié à l'Organisation mondiale du commerce (OMC) qu'elle pourrait mettre en place des mesures de rétorsion à l'égard des importations en provenance de l'UE suite à l'introduction par Bruxelles de quotas sur l'acier.

Selon un document publié sur le site de l'OMC, Moscou considère la possibilité de suspendre ses obligations dans un volume qui correspond à celui du commerce affecté par les mesures de l'Union européenne.

Concernant l'adoption de ces restrictions, deux options sont sur la table. La première envisage l'entrée en vigueur de ces restrictions trois ans après la mise en application des mesures prises par l'UE. Selon la deuxième, les mesures pourraient être appliquées immédiatement si la commission pour les litiges à l'OMC statue que les démarches adoptées par l'UE ne correspondent pas aux normes de l'organisation.

La Commission européenne a annoncé début février la fixation de quotas sur les importations en Europe de certains produits sidérurgiques en réponse aux droits de douanes sur l'acier imposés par Donald Trump.

Ces mesures concernent 26 catégories de produits. Elles consistent en des contingents tarifaires au-delà desquels un droit de 25% sera appliqué.
La Russie figure parmi les principaux exportateurs d'aciers en Europe, aux côté de l'Inde, la Chine, la Corée du Sud et la Turquie.

Lire aussi:

Un chien protège un garçon de trois ans perdu dans les bois
Éric Drouet exfiltré du Salon de l’Agriculture lors de la visite de Macron – vidéo
La punition qu’un père administre à ses filles qui refusent de porter le voile
Il vient de braquer un McDonald’s mais ne s’attendait pas à tomber sur ce genre de clients
Tags:
restrictions, quotas, acier, Union européenne (UE), Bruxelles, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook