Economie
URL courte
5360
S'abonner

Outre ses deux modèles civils, c’est aussi le ravitailleur de Boeing, le KC-46A Pegasus, qui est mis en cause cette année. Après avoir constaté la présence de débris dans l’appareil, ses livraisons ont été suspendues à deux reprises par l’armée américaine depuis le début de l’année en cours.

Après le double accident du B737MAX et le constat de défauts de fabrication sur les B787 Dreamliner, assemblés en Caroline du Nord, une troisième mauvaise nouvelle pour le constructeur aéronautique et aérospatial américain: au-delà de ces deux modèles de l’aviation civile, c’est son appareil militaire de ravitaillement en vol, le KC-46A Pegasus, qui est sujet à des critiques au Pentagone.

Chez ce dérivé du Boeing 767-200, les militaires américains ont en effet détecté des débris de corps étrangers dans des compartiments clos. Après quoi le Pentagone a suspendu à deux reprises la réception de ces appareils depuis le début de l’année en cours, alors que le programme affiche d’ores et déjà plus d’un an de retard.

«Nous avons pris des mesures correctives, notamment un examen complet de tous les compartiments clos pour nous assurer que la ligne de production est gérée comme il se doit», a déclaré, début avril, la secrétaire à la Force aérienne des États-Unis, Heather Wilson.

Le premier KC-46, appareil destiné à remplacer les ravitailleurs en service aux États-Unis depuis l’époque de la guerre froide –le KC-10 et le KC-135-, a été livré à la Force aérienne américaine en janvier 2019. Ce modèle a été choisi en 2011, après une compétition avec Airbus.

Lire aussi:

«Une opération inadmissible»: LREM se lance dans une campagne d’affichage illégale dans toute la France
Guerre au Haut-Karabakh: «Erdogan cherche à mettre la pression sur Poutine», selon Tahhan
Pourquoi la tempête Alex attendue en France est-elle qualifiée de «bombe météorologique»?
Tags:
avion, panne, KC-46A Pegasus, Boeing 737 MAX, Force aérienne des États-Unis, Airbus Group, Boeing, Pentagone, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook