Economie
URL courte
9287
S'abonner

La propagation du coronavirus fait chuter les marchés mondiaux, y compris ceux de la Chine, mais la gestion de l’épidémie peut changer la donner et d’ailleurs déboucher sur «un grand bond en avant» économique en Chine, estime au micro de Sputnik le spécialiste en sciences sociales à l'institut du Shandong Liu Xiaoning.

Selon les informations des autorités chinoises relayées dans la presse locale, le nombre de nouvelles infections au coronavirus reste inférieur à 1.000 par jour, ce qui montre une dynamique positive dans la lutte contre l'épidémie à l'intérieur du pays. Mais la situation s'est fortement détériorée en dehors de la Chine.

En Italie, le nombre de cas de coronavirus est passé de trois à près de 300 en près de trois jours. En Corée du Sud, il n'y en a pas moins de 1.000. Le Japon compte plus de 800 cas d'infection. Lundi 24 février, les premiers cas ont été confirmés par le Koweït, Bahreïn et l'Irak.

Les tendances sur les marchés mondiaux

Tout cela a entraîné une chute spectaculaire des marchés mondiaux. Lundi 24 février, le Dow Jones a fermé en recul de 3,56%, le S&P a perdu 3,35% et le Nasdaq 3,71%. La même dynamique a été observée à deux reprises en 2018, lorsque la guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis a éclaté. Les marchés mondiaux sont en chute libre avec la propagation de l'épidémie de coronavirus.

Le spécialiste en sciences sociales à l'institut du Shandong Liu Xiaoning a expliqué au micro de Sputnik que même des difficultés au sein de la Chine ne peuvent que se répercuter sur le reste du monde en raison du niveau d’intégration de la Chine dans la chaîne d'approvisionnement mondiale.

«Du point de vue de la situation actuelle, je peux dire que les effets du coronavirus sur l'économie mondiale ont surtout des répercussions sur la Chine elle-même. Compte tenu de la place que la Chine occupe dans la chaîne d'approvisionnement mondiale et de la part de la Chine dans l'économie mondiale, il est normal que les fluctuations au sein de la Chine compliquent également la situation mondiale. Par exemple, si les fournisseurs chinois ne respectent pas leurs obligations à temps, cela affectera les autres entreprises utilisant des produits chinois. Bien sûr, l'impact sur l'économie mondiale est limité pour l'instant, car l'épidémie de coronavirus dure depuis relativement peu. Mais ces derniers jours, le nombre de personnes infectées a augmenté dans le monde entier, ce qui est un sujet de préoccupation», estime l’expert.

L’impact du coronavirus sur les entreprises de luxe

De nombreuses entreprises pourraient souffrir de la situation liée au coronavirus en Chine. Par exemple, les actions des fabricants de produits de luxe comme LVMH ont perdu plus de 7% dans un contexte de crainte d'une baisse de la demande en Chine, selon le Wall Street Journal.

En outre, les Chinois ont dépensé 115 milliards de dollars en produits de luxe en 2018, plus d'un tiers de la consommation mondiale de produits de luxe, précise la société McKinsey.

Qui plus est, la Chine est le plus grand consommateur de pétrole. Toutefois, pour cas de force majeure, la Chine, selon les estimations de S&P, a renoncé à 30 à 60 millions de barils de pétrole acquis précédemment. En raison de la baisse de l'activité commerciale, la consommation de pétrole a chuté de 20% en un mois.

La question est de savoir combien de temps durera cette tendance négative. L'expert assure que la situation s'arrangera dès que le coronavirus sera vaincu.

«Je pense que la Chine dispose d'une expérience et d'une capacité suffisantes pour faire face aux crises. L'économie chinoise est forte et résistante aux défis. Les effets négatifs à court terme ne sont certainement pas évitables. Mais une fois l'épidémie de coronavirus gérée, il y aura un grand bond en avant. En outre, les autorités chinoises prennent de nombreuses mesures monétaires et fiscales pour rétablir rapidement une activité économique normale», a conclu Liu Xiaoning.

Lire aussi:

La France annonce la plus importante hausse de cas de Covid-19 en plus de deux mois
Didier Raoult estime que le Covid-19 est désormais l'une des maladies respiratoires les moins graves - vidéo
Journaliste expulsée de son siège en direct: le studio de la BBC Arabic dévasté par le souffle de l’explosion - vidéo
D’où provient le nitrate qui a provoqué les explosions à Beyrouth?
Tags:
économie, Chine, Covid-19
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook