Economie
URL courte
Par
1338
S'abonner

En tout, 70 millions d’euros ont été investis et 700 agents ont été recrutés par les douanes françaises pour gérer les conséquences du Brexit, d’après Isabelle Braun-Lemaire.

La France a dû investir 70 millions d’euros dans ses douanes à l’approche du Brexit, a fait savoir la directrice générale des douanes et droits indirects, Isabelle Braun-Lemaire.

«Le coût d’investissement pour nous est de 70 millions d’euros depuis 2018 jusqu’à 2021. Nous avons recruté 700 douaniers, affectés en grande majorité dans les Hauts-de-France mais pas seulement, nous avons aussi renforcé l’ensemble des bureaux de la douane, car c’est toute la douane qui contribue au Brexit», a détaillé la patronne des douanes dans un entretien accordé à BFM Business.

«Notre système a parfaitement fonctionné»

Selon elle, les premiers jours du Brexit se sont avérés assez calmes à la frontière: «Vendredi, la marchandise était très concentrée à Calais, dans les Hauts-de-France et très peu dans les ports normands». «Les marchandises et camions sont passés, beaucoup sans être arrêtés et notre système a parfaitement fonctionné», se félicite Mme Braun-Lemaire.

La responsable a néanmoins appelé à la «prudence» quant au bilan de ces premiers jours, en soulignant que le trafic était «assez modeste» et que «le vrai démarrage sera mardi».

Selon les chiffres des douanes, chaque année, rien que via le tunnel sous la Manche, près de 1,4 million de poids-lourds circulent, tout comme 5,3 millions de passagers et 300.000 animaux domestiques. Depuis 1994, près de 430 millions de tonnes de marchandises ont été transportées.

Lire aussi:

Décès de patients, statistiques troublantes et pressions: faut-il s’inquiéter du vaccin de Pfizer?
«Détruire le pays pour une maladie avec une mortalité aussi faible relève du pétage de plombs» - vidéo
Ce lapsus de Marion Maréchal sur ses ambitions présidentielles – vidéo
Tags:
La Manche, douane, France, Brexit
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook