Europe
URL courte
Par
128
S'abonner

De prétendus intermédiaires ont proposé aux pays de l'Union européenne environ un milliard de doses inexistantes de vaccins contre le Covid-19 au total, pour une valeur approximative de 14 milliards d'euros, a déclaré lundi l'Office européen de lutte antifraude (Olaf).

Ville Itälä, le directeur général de l'Olaf, a indiqué que ces intermédiaires réclamaient des acomptes sans toutefois donner de détails sur la livraison des doses.

«Ils envoient une offre, qui n'est pas réelle. En fait, il n'y a en tant que tel aucun vaccin attaché à l'offre d'après ce que nous avons vu jusqu'à présent», a-t-il précisé.

Ces pratiques sont le fait aussi bien de malfaiteurs professionnels que d'individus opportunistes liés à une longue chaîne d'intermédiaires se déployant au-delà des frontières européennes, a dit Ville Itälä.

Un coup sur la confiance de la population

L'Olaf n'a pas encore connaissance de l'introduction de vaccins contrefaits sur le marché européen mais ce phénomène arrivera, a-t-il poursuivi.

«Là où il y a beaucoup d'argent, les escrocs s'invitent», a-t-il dit.

«Il peut y avoir des conséquences financières. Mais il y a aussi un autre aspect - la confiance des gens. C'est pourquoi il est important maintenant d'empêcher cela, afin que les gens puissent être certains que s'ils vont se faire vacciner, ce sont par des vrais (vaccins)», a-t-il souligné.

En Italie, les autorités ont indiqué qu'elles enquêtaient sur une offre de vaccins anti-Covid transmise par des intermédiaires anonymes aux autorités régionales de Vénétie.

Lire aussi:

Zemmour détourné en Zob: une présentatrice de France Inter se moque et provoque un tollé
Les talibans conseillent «au jeune Président français» de «ne pas être trop impulsif»
Fabrice Di Vizio raccroche: «On est arrivés à un niveau de haine sociale que je ne sais plus gérer»
Avec Zemmour probable candidat, la Présidentielle 2022, à droite toute?
Tags:
vaccination, vaccin, pro-vaccin, escroc, escroquerie, UE
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook