Europe
URL courte
Par
51515
S'abonner

«Faciles à utiliser», «hyper efficaces»: le premier des robots tueurs de Covid-19 commandés par la Commission européenne a été livré à une clinique belge. Ils sont capables de désinfecter tous les éléments qui composent la pièce en envoyant des ondes d’ultraviolets.

Le service des soins intensifs de la clinique de l’Europe St-Michel à Bruxelles fonctionne «à plein régime», six lits sur huit sont occupés par des personnes ayant contracté le coronavirus. Mais l’arrivée d’un robot qui se déplace de chambre en chambre et les désinfecte avec des rayons ultraviolets «en un temps record» donne de l’espoir, relate Franceinfo dans un reportage.

​«Franchement c’est une belle avancée! C’est facile à utiliser, hyper efficace et cela permet de réinstaller les malades très vite quand une chambre se libère», a fait savoir à Franceinfo Jean-Michel Rullaaert, infirmier en chef de l’établissement.

Gros cylindre placé sur roulettes

Ce robot est l’un des 200 commandés par la Commission européenne à une société danoise. Ils devront être distribués à l’ensemble des États européens. Chaque appareil représente un gros cylindre, sur roulettes, aussi haut et large qu’un homme, avec des tubes phosphorescents attachés autour de lui.

Il est possible de lui donner des ordres en utilisant une tablette numérique: «Je choisis une chambre à nettoyer, je clique dessus et il part tout seul. Par écrit il me demande qu’on s’assure que la porte est ouverte, il entre dans la chambre et commence son travail!», raconte Jean-Michel Rullaaert.

Travail fini en 10 à 15 minutes

Le robot est en mesure de désinfecter tous les éléments dans la pièce en envoyant ses ondes d’ultraviolets. Sans faire aucun bruit, il finit son travail en 10 à 15 minutes.

Comme le précise Franceinfo, à ce jour, seuls deux hôpitaux français ont exprimé leur intérêt pour obtenir ces robots. D’autres sont invités à passer commande.

Lire aussi:

La France constate une forte baisse du nombre de nouveaux cas quotidiens de Covid-19
Troisième dose de vaccin: «Cela fait partie du plan de développement économique et actionnarial des labos»
En Seine-Saint-Denis, ces deux prénoms sont les plus donnés aux bébés depuis 2018
La politique vaccinale en France «fait assez sourire en Belgique», selon un épidémiologiste
Tags:
Belgique, robot, Covid-19
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook