Europe
URL courte
Par
27922
S'abonner

Alors que le vaccin Spoutnik V en est au stade de l’examen à l’Agence européenne des médicaments, le dirigeant du Land de Saxe a fait part ce 22 avril des projets de l’Allemagne d’acquérir 30 millions de doses du vaccin russe cet été, si ce dernier reçoit finalement le feu vert du régulateur européen.

Deux semaines après que le ministre allemand de la Santé a déclaré que des négociations bilatérales pourraient être engagées au sujet des délais de livraison du vaccin Spoutnik V en Allemagne, le ministre-président de la Saxe a donné des détails quant à la possible fourniture du produit russe.

«Nous voulons acheter 30 millions de flacons de Spoutnik V en juin, juillet et août», a déclaré Michael Kretschmer à l'issue de ses entretiens avec le ministre russe de la Santé Mikhaïl Mourachko à Moscou.

Et d'ajouter que «la condition préalable est l'approbation de l'Agence européenne des médicaments».

En cas d'autorisation, la Saxe recevrait 500.000 doses chaque mois de l'été.

Le Spoutnik V dans l'Union européenne

Tout en réaffirmant son intention d'acheter un million de doses du vaccin russe, Vienne a indiqué le 19 avril que l’utilisation du Spoutnik V ne serait possible en Autriche qu’après son homologation par l’EMA.

Quant à la France, le week-end dernier, Emmanuel Macron a déclaré qu’il n’envisageait pas de faire appel au vaccin russe, le pays étant selon lui capable de «remplir [les] objectifs de vaccination avec ce qu'[il a] maintenant».

Le Président français a également tenu à souligner qu’il était impossible pour un État européen d’autoriser un vaccin sans l’autorisation de l’EMA.

Lire aussi:

Le MoDem lâche LREM, l'Assemblée rejette le pass sanitaire
«Un gentil garçon»: la mère du tueur présumé du policier à Avignon s’en prend aux autorités
Covid et accident de laboratoire, ces «complotistes» qui avaient vu juste
Tribune de militaires: le chef d'état-major invite les signataires à quitter l'armée
Tags:
Russie, Saxe, Spoutnik V, Allemagne
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook