Europe
URL courte
Par
336111
S'abonner

Après des discussions lors de leur réunion à Bruxelles, les 27 dirigeants européens ne sont pas parvenus à un accord, a déclaré la chancelière allemande Angela Merkel tôt vendredi.

Les dirigeants de l'Union européenne n'ont pas réussi à se mettre d'accord sur une proposition de la France et de l'Allemagne d'organiser prochainement un sommet avec le président russe Vladimir Poutine, après que la Pologne et les pays baltes ont déclaré que cela enverrait un mauvais message alors que les liens Est-Ouest se détériorent.

Après que le président américain Joe Biden a rencontré le président russe Vladimir Poutine à Genève le 16 juin, le président français Emmanuel Macron a déclaré que le premier sommet de l'UE avec Vladimir Poutine depuis janvier 2014 serait «un dialogue pour défendre nos intérêts». Il a insisté sur le fait que l'UE ne pouvait pas se contenter d'être réactive dans sa diplomatie avec la Russie.

Mais après des discussions lors de leur réunion à Bruxelles, les 27 dirigeants européens ne sont pas parvenus à un accord, a déclaré la chancelière allemande Angela Merkel tôt vendredi.

«C'était une discussion très complète, et difficile», a-t-elle déclaré aux journalistes. «Il n'y a pas eu d'accord aujourd'hui sur une réunion immédiate des dirigeants», a-t-elle ajouté.

Les sommets de l'UE avec la Russie ont pris fin après que Moscou a rattaché la péninsule ukrainienne de Crimée en mars 2014 et que l'Occident a imposé des sanctions.

Si le chancelier autrichien Sebastian Kurz a déclaré soutenir la proposition franco-allemande, de nombreux autres dirigeants s'y sont opposés.

«C'était une position commune de nombreux dirigeants» de ne pas changer la position sur la Russie, a déclaré le président lituanien Gitanas Nauseda après la fin de la réunion.

Le Premier ministre letton Krisjanis Karins a estimé que l'UE risquait de récompenser la Russie en organisant un sommet, alors que la diplomatie n'a pas réussi à mettre fin au conflit dans l'est de l'Ukraine avec les séparatistes soutenus par la Russie.

Au lieu de cela, les dirigeants de l'UE ont décidé mettre en garde Moscou contre de nouvelles sanctions si elle poursuit ce que l'UE considère comme une politique de désinformation, de mener des attaques informatiques et d'autres actes malveillants visant à diviser le bloc.

La Russie nie tout acte répréhensible.

Vers de nouvelles sanctions?

Dans une déclaration du sommet, les dirigeants ont demandé à la Commission européenne et au haut représentant de l'Union européenne, Josep Borrell, de «présenter des suggestions de mesures restrictives supplémentaires, y compris des sanctions économiques» contre la Russie.

L'Union européenne a imposé des sanctions aux secteurs russes de l'énergie, de la finance et de l'armement, ainsi que des sanctions individuelles aux Russes accusés de violations des droits de l'homme et d'avoir utilisé des armes chimiques interdites.

Selon les diplomates, de nouvelles sanctions pourraient viser le blanchiment d'argent ou de puissants oligarques soupçonnés de corruption grave à l'étranger, comme celles imposées par la Grande-Bretagne en avril.

Lire aussi:

Quelle forme pourrait prendre une «guerre mondiale» déclenchée par les États-Unis et la Chine?
Les vaccins à ARN messager modifient notre code génétique? La crainte des anti-vaccins passée au crible
Lassé du bâton occidental, le Liban se tourne vers la carotte de Téhéran, Moscou et Pékin
Tags:
sommet, Russie, Allemagne, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook