Faits divers
URL courte
Par
13533
S'abonner

L’habitant de Saint-Maur (Val-de-Marne) suspecté d'avoir tué son père et d’avoir dissimulé son corps dans un congélateur a touché plus de 700.000 euros de retraite en 17 ans, révèle Le Parisien.

Près de 700.000 euros, c’est la somme que Didier M., septuagénaire de Saint-Maur qui a dissimulé dans un congélateur le corps de son père, a touché en 17 ans, raconte Le Parisien.

Dans le cadre de l’enquête ouverte pour meurtre, recel de cadavre et escroquerie, il a été placé en détention provisoire la semaine dernière. Son épouse a été placée en garde à vue puis remise en liberté. Le mis en cause nie l'homicide.

L’autopsie n’a rien pu constater

L'autopsie n'a permis ni de dater ni de déterminer les causes de la mort, mais stipule qu’aucun coup violent n'a été infligé au père qui aurait eu 97 ans cette année.

Des analyses complémentaires, notamment de sang, d’organes et de toxicologie seront également menées pour clarifier la situation.

«Il est possible qu'il ne l'ait pas tué. C'est un escroc. Pas vraiment le profil d'un meurtrier», confie une source proche du dossier au média. «Il y a eu une ou plusieurs pannes de congélateur,. C'est peut-être aussi pour cela que le fils a dû le déplacer à plusieurs reprises avant de le ranger dans un box à Villeneuve-le-Roi», poursuit-t-elle.

Les comptes du fils passés au crible

Après étude des comptes du fils et si 700.000 euros ont été détournés du compte en banque de la victime, son décès remonterait à 2003. «C'est la raison pour laquelle il faut retrouver les dernières traces de vie de la victime», souligne un enquêteur.

Lire aussi:

Au moins deux morts et plus d'une dizaine de blessés en Allemagne où une voiture a heurté des piétons - images
Macron indique à quelle période aura lieu la première campagne de vaccination en France
Ces armes russes qui font de l’Algérie une puissance militaire régionale
Cette photo prise dans une unité Covid-19 devient virale
Tags:
congélation, Val-de-Marne, retraite, euro
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook