Faits divers
URL courte
Par
171329
S'abonner

Une patrouille de police a découvert à L'Haÿ-les-Roses, dans la nuit du 4 au 5 novembre, une vingtaine de tags visant des policiers en les nommant par leur prénom ainsi que des menaces envers leur femme et leurs enfants. Une enquête est ouverte.

Une vingtaine de tags avec des menaces de viol visant des proches de policiers, femmes et enfants inclus, ont été trouvés dans la nuit du mercredi 4 au jeudi 5 novembre à L'Haÿ-les-Roses (Val-de-Marne) sur plusieurs murs de la cité des Pervenches, rapporte Le Parisien.

Découverts par une patrouille de police vers 4h du matin, les tags évoquaient notamment la brigade territoriale de contact (BTC). Des habitants sont également ciblés, les inscriptions les qualifiant de «commères» en les avertissant: «Tout se sait».

«Une anonymisation des procédures»

En outre, ces tags visaient directement des policiers dont les prénoms étaient inscrits.

«On s'attaque de plus en plus à la femme et à l'homme qui se trouvent derrière l'uniforme. Ça passe par des messages ciblés, des révélations d'adresses», indique Julien Schenardi, responsable du syndicat de police Alliance dans le Val-de-Marne qui dénonce une «personnalisation de la violence».

Il se prononce dès lors pour «une anonymisation des procédures» comme le port de la cagoule lors de certaines interventions.

Une enquête en cours

La police cherche actuellement à déterminer un rapport éventuel entre ces inscriptions et un événement précis. «Ça peut être lié à une intensification des contrôles comme ça peut n'être lié à rien de particulier, ça s'est déjà vu», explique au quotidien Julien Schenardi.

Une enquête a été ouverte et les policiers visés doivent porter plainte.

Lire aussi:

Bill Gates prédit l'apparition d'une nouvelle pandémie
Une frégate allemande arraisonne un navire turc faisant route vers la Libye - vidéo
Un camp de migrants s'installe dans le centre de Paris, la police intervient - vidéo
Tags:
viol, Val-de-Marne, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook