Faits divers
URL courte
Par
9389
S'abonner

Près de cinq ans après le début de l’affaire, un agent de la mairie d’une ville du Rhône a été finalement révoqué pour avoir visionné du porno au travail. Le délai de confirmation de cette décision judiciaire s’explique du fait qu’en janvier 2016, il l’avait jugée disproportionnée et avait saisi la justice.

Le 9 novembre, la cour administrative d’appel de Lyon a confirmé la révocation d’un agent de la mairie de la ville de Givors (Rhône) pour consultation de sites porno depuis le lieu de travail, selon Le Progrès.

Le début de l’affaire remonte à 2015, lorsque l’agent concerné avait regardé pendant 43 heures et 15 minutes en une semaine des sites pornographiques depuis son ordinateur professionnel.

Autres motifs

L’homme avait reçu son arrêté de révocation le 6 janvier 2016, mais il avait jugé la décision disproportionnée et avait saisi à cet égard la justice.

Selon la cour, l’homme avait été révoqué également pour d’autres motifs, dont des insultes contre ses supérieurs et collègues, ainsi que des remarques à caractère sexuel contre une employée de la mairie. Il avait invité cette dernière à s’asseoir sur ses genoux, lorsque la femme s’était dite fatiguée.

L’ex-fonctionnaire peut toujours se pourvoir en cassation. Il devra toutefois verser 1.000 euros à la municipalité.

Lire aussi:

Bill Gates prédit l'apparition d'une nouvelle pandémie
Une frégate allemande arraisonne un navire turc faisant route vers la Libye - vidéo
Un camp de migrants s'installe dans le centre de Paris, la police intervient - vidéo
Tags:
Rhône, mairie, site X, porno, harcèlement sexuel
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook