Faits divers
URL courte
Par
4530241
S'abonner

À Nice, un médecin généraliste a écopé d’une amende pour non-respect du confinement. Les policiers ayant effectué le contrôle ont exigé une attestation employeur mais le soignant concerné était indépendant et n’en avait pas.

Des policiers niçois ont infligé une amende de 135 euros à un médecin généraliste, relate Nice-Matin. Les faits remontent au 17 novembre, lorsque le soignant était en route pour son cabinet.

«J'ai montré mon attestation, mais l'agent m'a répondu qu’il me fallait une attestation employeur. Or, je n'ai pas d’employeur puisque j'exerce une profession libérale. Tous mes papiers étaient bien sûr en règle», a précisé auprès du quotidien le médecin.

Les policiers se montrent «obtus»

Ni ses explications, ni la présence du caducée sur son pare-brise et des documents justifiant de son activité n’ont changé l’avis des agents des forces de l’ordre, poursuit le média. Bien que le praticien leur ait expliqué que, vu son métier, il était obligé de faire plusieurs allers-retours pour se rendre aux domiciles de ses patients, les policiers «se sont montrés très obtus»:

«J'étais tellement atterré que j'ai laissé tomber».

Même si ses confrères étaient convaincus que le Niçois ne serait finalement pas verbalisé, ce dernier a toutefois découvert la contravention de 135 euros dans sa boîte aux lettres.

Ceci, malgré le document envoyé aux professionnels du métier par le Conseil national de l'Ordre des médecins, selon lequel «la carte professionnelle fait foi».

«C'est quand même incroyable!» s’exclame le soignant. Et d’insister qu’il n’a pas commis d’infraction:

«Je vais bien sûr contester ce PV, afin que cette situation ne se reproduise pas.»

Lire aussi:

L’eau: l’arme secrète d’Erdogan contre la Syrie
«Tu vas en prendre plein la gueule»: un maire met en garde Macron qui prépare son tour de France
Marine chinoise face à l’US Navy: «Les rapports de forces sont en train de s’inverser en nombre»
Tags:
amende, confinement, soignants, France, Nice
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook