Faits divers
URL courte
Par
4723113
S'abonner

Les premiers décès dans les rangs des gendarmes sont survenus le 9 janvier à Lyon et Toulouse. Deux militaires ont mis fin à leurs jours avec leur arme de service. Selon La Voix du Gendarme, ces deux drames n’ont pas de rapport entre eux.

Deux gendarmes se sont donnés la mort le 9 janvier à Lyon et à Toulouse, rapporte La Voix du Gendarme.

Selon le média, ces deux drames n’ont pas de rapport entre eux si ce n’est l’usage de l’arme de service. Ce sont les premiers décès de l’année pour l’Armée.

Comme le relate la source, un major adjoint au peloton motorisé (PMO) de Toulouse s’est donné la mort dans son domicile au siège de la Gendarmerie. Il avait 56 ans, était marié et père de deux filles de 27 et 30 ans. Il devait prendre sa retraite à la fin de l’année, d’après l’APNM Gendarmes et Citoyens, qui a annoncé la nouvelle sur son compte Facebook.

Quant au drame survenu à Lyon, il s’agit d’une commandante de la brigade de prévention de la délinquance juvénile (BPDJ) de 53 ans, comme le précise La Voix du Gendarme. Elle a été retrouvée morte dans une pièce inutilisée de la caserne Delfosse. Le média ajoute qu’une lettre aurait été découverte chez elle. Le média indique qu’elle était divorcée et avait un enfant.

Pas de doutes

Des enquêtes ont été ouvertes malgré le fait que les suicides ne fassent aucun doute.

La Voix du Gendarme souligne qu’en 2020 près de dix suicides ont été enregistrés parmi les militaires. C’est le chiffre le plus bas depuis 2010.

Lire aussi:

«Incroyable» scène de tirs «dans tous les sens» au sein d’une cité de Carpentras
Une mosquée du Val-d’Oise fermée pour radicalisme, le maire «dénonce l’incompétence du gouvernement»
Des prédateurs jusque-là inconnus découverts au large de l’Australie
Tags:
décès, suicide, gendarmerie, gendarmes, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook