Faits divers
URL courte
Par
Créatures marines (110)
7217
S'abonner

Des physalies, organismes proches des méduses, se sont échouées sur la côte nord de la Hague (Manche). Leur venin provoque de graves brûlures et dans certains cas des allergies pouvant se révéler mortelles.

Également appelées «vessies de mer» ou «galères portugaises», plusieurs physalies se sont échouées au niveau de la pointe de Jardeheu, sur la côte nord de la Hague. C’est un riverain qui a fait cette découverte.

Proche de celle des méduses, l’espèce des siphonophores, des organismes zooplanctoniques vivant habituellement dans les mers chaudes, est très urticante et particulièrement toxique. Ses graves brûlures peuvent se prolonger jusqu'à plusieurs semaines. En outre, le venin peut provoquer des gênes respiratoires et cardiaques, et des réactions allergiques potentiellement mortelles.

Un possible effet du changement climatique

«C'est un phénomène rarissime sur nos côtes. Les physalies vivent normalement plutôt en zone tropicale. Ces derniers jours, nous en avons trouvées plusieurs spécimens près de la pointe de Jardeheu, à l'ouest du Cotentin. On peut difficilement s'empêcher de penser à un nouvel effet du réchauffement climatique», a déclaré au Parisien un garde du littoral dans la Manche.

Appel à la prudence des riverains

Les autorités ont publié un avertissement sur les réseaux sociaux pour mettre en garde les promeneurs: «Si vous voyez l'une de ces physalies, surtout ne les touchez pas, et tenez bien vos chiens en laisse».

Dossier:
Créatures marines (110)

Lire aussi:

Trois roquettes tirées depuis le Liban en direction d'Israël
Erdogan veut donner «une leçon forte et dissuasive» à Israël
L'armée d’Israël lance une opération dans la bande de Gaza
Tags:
La Manche, mer, créature, méduse
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook