Faits divers
URL courte
Par
261873
S'abonner

En comparution devant un tribunal de l’Ariège pour avoir brandi un couteau dans un centre d’accueil de demandeurs d’asile où il voulait voir sa «promise» de 14 ans contre sa volonté, un prévenu Pakistanais a demandé au juge de lui «donner la fille», selon La Dépêche du Midi.

Le 2 mars, des «échanges surréalistes» ont eu lieu entre un prévenu pakistanais de 36 ans et le président du tribunal correctionnel de la commune occitane de Foix, Hervé Barrié, relate La Dépêche du Midi.

Le trentenaire a comparu devant le tribunal pour s’être introduit dans un centre d’accueil de demandeurs d’asile de Pamiers pour s’assurer que sa «promise», adolescente de 14 ans, n’avait pas rencontré un autre homme, précise le quotidien. L’individu persécutait la jeune fille depuis des mois et souhaitait l’épouser contre son gré.

Sa famille a dû recourir à la force pour maîtriser l’homme.

«La France, ce n’est rien»

«Moi, ce que je veux, c’est la fille. Monsieur le président, alors, vous me la donnez la fille?», a lancé le prévenu lors de son audience en s’adressant au magistrat, toujours selon les informations de La Dépêche du Midi.

Celui-ci a demandé au prévenu ce qu’il envisageait de faire si la jeune fille refusait de l’épouser:

«Vous savez qu’en France, vous ne pouvez pas l’épouser contre sa volonté!?»

Le trentenaire a répondu de but en blanc au magistrat:

«Moi, Pakistanais. Elle, elle est russe. La France, ce n’est rien», a-t-il lancé, toujours selon la même source.

Il a finalement été condamné à trois ans de prison ferme.

Lire aussi:

Le centre d'enrichissement de Natanz touché par un acte «terroriste antinucléaire», selon Téhéran
Le nombre de nouveaux cas de Covid-19 replonge sous la barre des 35.000 en 24h en France
Ce propriétaire d’hôtel avait loué une chambre à Xavier Dupont de Ligonnès la première nuit de sa cavale
Tags:
France, Pakistan, Ariège, Occitanie, adolescents
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook