Faits divers
URL courte
Par
Polémique autour des dîners clandestins en France (34)
9919
S'abonner

Un restaurant de la capitale accueillait clandestinement des clients, dans le XIXe arrondissement. La police a interpellé deux individus et en a verbalisé une centaine, qui devront payer une amende de 135 euros chacun.

Un total de 110 personnes ont été verbalisées et deux autres interpellées, vendredi soir, dans un restaurant clandestin à Paris, rapporte la préfecture de police.

Selon la préfecture, les forces de l'ordre sont intervenues après avoir été alertées d'un tapage nocturne émanant d'un restaurant du XIXe arrondissement de la capitale.

Sur place, elles ont découvert un rassemblement de plus de 110 personnes. Toutes ont été verbalisées pour non-respect des mesures sanitaires en vigueur. Elles écoperont d'une amende de 135 euros. L'organisateur, le gérant de l’établissement et les employés ont été interpellés.

Au total, près de 1.000 clients de restaurants ouvrant illégalement ont été verbalisés à Paris depuis le 30 octobre, a indiqué mardi le ministère de l'Intérieur.

Repas clandestins

Le phénomène des restaurants clandestins fait la Une de la presse ces derniers jours, après un reportage de la chaîne M6 qui a révélé qu’un luxueux palais, propriété du célèbre collectionneur Pierre-Jean Chalençon, accueillait clandestinement des dîners cuisinés par le chef Christophe Leroy. Selon les médias, les deux hommes ont été placés en garde à vue, qui a été levée vendredi en fin de journée.

Dossier:
Polémique autour des dîners clandestins en France (34)

Lire aussi:

Une femme en état de démence blesse un policier au couteau avant d'être abattue
Rixe entre deux bandes rivales en pleine rue en Seine-Saint-Denis – vidéo
Israël organise les plus grandes manœuvres de son histoire: vers un nouveau conflit au Moyen-Orient ?
La vaccination par le Spoutnik V à Saint-Marin fait de ce pays le premier en Europe à vaincre le Covid
Tags:
Covid-19, restrictions, France, Paris, restaurant
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook