Faits divers
URL courte
Par
2910764
S'abonner

Le Service de déontologie de la préfecture de Paris s’est chargé de l’enquête sur les violences policières présumées à l’encontre d’un étudiant américain souffrant de traumatisme crânien après un passage par le commissariat du 5e arrondissement, selon les médias.

Un étudiant américain né au Sierra Leone, Mohamed Sidibay, qui fait ses études à Paris, a porté plainte contre X pour «violences aggravées et discrimination» après avoir séjourné dans le commissariat de police du 5e arrondissement, relate BFM TV confirmant les informations du Parisien.

Les faits remontent au 9 avril, lorsque l’homme de 28 ans a été contrôlé par la police. Il circulait avec une amie sur un scooter après avoir fêté avec elle l’obtention d’un diplôme. La jeune femme, qui présentait un taux d’alcoolémie légèrement supérieur à la limite autorisée, a été placée en cellule de dégrisement. M.Sidibay a pour sa part refusé de se soumettre au contrôle, expliquant que ce n’était pas nécessaire puisqu’il était un simple passager.

Arrivé plus tard au commissariat pour se renseigner sur le sort de sa camarade, il a été interpellé à son tour et placé également en cellule de dégrisement, selon Le Parisien. Le jeune homme s’est ensuite vu remettre une contravention pour ivresse manifeste sur la voie publique.

Remis en liberté, il a déclaré qu’il ne partirait pas sans avoir vu un avocat.

«J’ai ajouté qu’il y avait un problème car j’étais arrivé avec une femme blanche devant le commissariat, mais que j’étais le seul à me retrouver devant eux. Le policier le plus excité m’a alors agrippé pour me dire en anglais: "La France n’est pas raciste, tu n’as aucun droit ici et si tu n’es pas content, tu n’as qu’à rentrer dans ton pays"», raconte le jeune homme.

Une tuméfaction au niveau du crâne

Le policier l’aurait ensuite secoué et sa tête aurait cogné le mur.

Ayant pris contact avec l’ambassade des États-Unis, il s’est rendu aux urgences où le médecin a constaté une tuméfaction au niveau du crâne. Il lui a finalement été diagnostiqué un traumatisme crânien sans déficit neurologique.

L’étudiant a alors décidé de porter plainte. Accompagné de son avocat, le jeune homme sera entendu le 21 avril par les enquêteurs du Service de déontologie de la préfecture de police (SDSE).

Ex-enfant soldat au Sierra Leone et connaissance de Macron

M.Sidibay est un ancien enfant-soldat au Sierra Leone sauvé par l’Unicef, qui a obtenu le statut de réfugié aux États-Unis, rappelle Le Parisien.

En février 2018, il a accompagné le Président Emmanuel Macron lors de sa visite à Dakar, au Sénégal, consacrée à l’éducation et au climat. En 2019 et 2020, il a accordé des interviews au Courrier de l'Unesco et au fonds Partenariat global pour l’éducation (GPE), mettant en valeur le rôle de l’éducation.

Arrivé à Paris en septembre 2020, il comptait suivre un troisième cycle en droit à l’Université Paris-1 Panthéon Assas. À présent, il entend rentrer aux États-Unis pour préparer l’examen d’entrée au barreau de New York, précise Le Parisien.

«Aux États-Unis, où le racisme a imprégné la société, je sais que tout peut arriver si j’ai affaire à la police, et même le pire. Je sais que la France a ses problèmes, mais je pensais qu’en Europe, les choses seraient différentes. J’ai sans doute été naïf», a déclaré le jeune homme.

Lire aussi:

En continu: une roquette tirée depuis Gaza frappe un immeuble à Ashdod, plusieurs blessés
Tsahal affirme avoir déjoué une attaque du Hamas impliquant une arme sous-marine - vidéo
L’hôtel de ville de Nice arbore le drapeau israélien – photo
Tags:
Sierra Leone, États-Unis, France, violences policières, violences, police, Paris
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook