Faits divers
URL courte
Par
301688
S'abonner

Suite aux violences urbaines survenues à Romans-sur-Isère, Valence en a aussi connu son lot dans la nuit du 30 avril au 1er mai. Les policiers ont d’abord essuyé des jets de pierres et des tirs de mortiers d'artifice de la part d’une quarantaine d'individus cagoulés, puis des bandes rivales se sont affrontées. Le maire a réagi.

Valence (Drôme) est secouée par des affrontements qui placent certains quartiers en «état d’urgence absolue» alors que le sujet de la sécurité dans cette ville a même attiré l’attention d’Emmanuel Macron qui a annoncé début avril des renforts de police.

Les faits se sont déroulés dans la nuit du vendredi 30 avril au samedi 1er mai. Des violences nocturnes sont survenues entre jeunes dans le quartier de Fontbarlettes, «sur fond de trafic de stupéfiants», a indiqué la préfecture de la Drôme.

Sur une séquence publiée sur Snapchat, on voit des individus cagoulés, on entend de nombreuses détonations qui seraient des coups de feu.

​«Des impacts de balles et des douilles de 9 mm ont été retrouvés», a précisé le sous-préfet de la Drôme Bertrand Duclos dans un communiqué cité par l’AFP.

Il a condamné «de la façon la plus ferme ces actes aussi scandaleux qu'injustifiables et [a affiché] la plus totale détermination à donner à cette affaire une suite judiciaire qu'elle mérite».

«Les auteurs de ces agissements particulièrement graves seront identifiés et déférés à la justice», a-t-il ajouté, soulignant que «personne n'a été blessé» lors de ces violences «qui n'ont pas fait l'objet d'appels spécifiques à la police nationale, laquelle n'a pu intervenir pour y mettre un terme».

La même nuit, des policiers ont également été la cible de tirs de mortiers d’artifice et de jets de pierres dans ce même quartier. Une quarantaine d’individus cagoulés ont attaqué les fonctionnaires en train d’assister les sapeurs-pompiers en intervention, indique France Bleu.

«Un état d’urgence absolue dans nos quartiers»

Pour remettre de l’ordre dans le quartier sensible de Fontbarlettes, le préfet a annoncé déployer samedi soir des renforts.

​Selon un communiqué du maire LR de Valence, Nicolas Daragon, diffusé dans la presse, une «quarantaine» de CRS va être déployée en renfort des effectifs policiers locaux dans ce quartier mais aussi dans celui de la Monnaie à Romans-sur-Isère, à une vingtaine de kilomètres au nord-est de Valence, où des violences ont été observées «depuis quelques jours».

Il y a «un état d’urgence absolue dans nos quartiers. Avec la même détermination, l’État doit aujourd’hui agir pour garantir la sécurité de tous, avant qu’il ne soit trop tard», a réagi le maire dans le communiqué.

Macron annonce des renforts

Le sujet de la sécurité préoccupe le Président de la République qui a confirmé le 19 avril lors de son déplacement à Montpellier le déploiement de 10.000 policiers et gendarmes supplémentaires en France sur la durée de son quinquennat.

Dans le cadre de ces annonces, 15 agents supplémentaires doivent être envoyés «probablement en septembre» à la circonscription de Valence qui en comptabilise actuellement environ 200, selon la préfecture.

Lire aussi:

«D'où ça sort que 20% décident du sort de 80%?»: l’exaspération contre les «antivax» monte d’un cran
Le refus de la France de reconnaître le Spoutnik V considéré comme politique par la Russie
L’UE s’insurge auprès de l’OMC concernant la politique russe de substitution des importations
Plusieurs blessés signalés suite à une explosion dans un parc chimique en Allemagne - images
Tags:
violences, Valence (Espagne), France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook