Ecoutez Radio Sputnik
    Julian Assange

    Assange accuse Hollande de "coup de poignard dans le dos"

    © AP Photo/ FABRICE COFFRINI
    France
    URL courte
    366517746

    Le fondateur de Wikileaks, l'Australien Julian Assange, qui vit réfugié à l’ambassade d’Équateur à Londres depuis trois ans, a qualifié le refus de François Hollande de lui donner l'asile en France de "coup de poignard dans le dos".

    "Il y a eu des contacts directs entre François Hollande et moi. Des SMS échangés via mon conseiller juridique français. Il y a eu des signaux encourageants donnés par le président français", affirme-t-il dans un entretien au magazine français Society.

    M. Assange estime que d'une certaine façon, la réponse du président a été "un coup de poignard dans le dos".

    S'interrogeant sur les raisons de cette décision, le lanceur d'alerte a supposé que c'était peut-être la volonté du président de se montrer ferme, pas tellement face aux Français, mais face aux États-Unis et au Royaume-Uni.

    Le fondateur de Wikileaks, Julian Assange, a fait une demande d'asile à la France dans une longue lettre ouverte publiée le 3 juillet par le quotidien Le Monde. L'Elysée n'a "pas donné suite" à cette demande au motif notamment qu'il faisait "l'objet d'un mandat d'arrêt européen".

    M.Assange estime qu'il a décidé de lancer cette démarche après avoir reçu publiquement le soutien de la ministre française de la Justice, Christiane Taubira.

    Wikileaks a publié récemment des documents de la NSA américaine révélant notamment que les trois derniers présidents français, Jacques Chirac, Nicolas Sarkozy et François Hollande, avaient été mis sur écoute par les Etats-Unis.

    Lire aussi:

    Opération Hôtel: les plans de fuite d'Assange révélés
    Pourquoi Snowden s’est réfugié en Russie: les explications d’Assange
    Assange demande à Hollande une loi pour les lanceurs d'alerte
    Accès au traité transatlantique: Bruxelles vs. Assange-Varoufakis, 1-1
    Tags:
    asile, WikiLeaks, Julian Assange, François Hollande
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik