France
URL courte
17446
S'abonner

La France a informé Thorbjorn Jagland, «d’un certain nombre de mesures prises dans le cadre de l’état d’urgence instauré à la suite des attentats terroristes de grande ampleur perpétrés à Paris», mesures qui sont susceptibles de nécessiter une dérogation à certains droits garantis par la Convention européenne des droits de l’homme.

«L'article 15 de la Convention prévoit la possibilité d'une telle dérogation en cas de danger public menaçant la vie de la nation. D'autres Etats membres ont exercé ce droit de dérogation par le passé.
Il ne peut y avoir de dérogation à l'article 2 (droit à la vie), à l'article 3 (interdiction de la torture et des peines ou traitements inhumains ou dégradants), à l'article 4, paragraphe 1 (interdiction de l'esclavage), ni à l'article 7 (pas de peine sans loi).

La Convention européenne des droits de l'homme continuera de s'appliquer. Lorsque le Gouvernement souhaitera invoquer l'article 15 afin de déroger à la Convention dans des cas d'espèce, la Cour se prononcera sur la conformité de sa demande avec les critères établis dans la Convention».

Si la France a alerté les autorités compétentes, c'est qu'au regard de la Convention européenne des droits de l'homme, il existe des risques d'atteinte. Ils menacent le droit à la vie privée (notamment des perquisitions informatiques) ou encore la liberté de circulation (assignation à résidence) qui peut frapper n'importe quelle personne «à l'égard de laquelle il existe des raisons sérieuses de penser que son comportement constitue une menace pour la sécurité et l'ordre public».

Lire aussi:

Le terrorisme sape le concept de l'Europe unie
Abaaoud, les frères Abdeslam et Abrini sur une liste de "radicalisés" dès juin 2015
Le terrorisme à travers les yeux des enfants
Attentats à Paris: "avant de devenir djihadistes, ils étaient enfants français"
Tags:
lutte antiterroriste, droits de l’homme, attentat, Thorbjorn Jagland, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook