Ecoutez Radio Sputnik
    Le soldat allemand avec un fusil d'assaut Heckler & Koch G36 à un terrain d'entraînement militaire près de Weisskeissel, Allemagne

    Paris achète les fusils dont les Allemands ne veulent plus

    © AP Photo / dpa, Arno Burgi,File
    France
    URL courte
    172269

    Le ministère français de l'Intérieur s'apprête à acheter des fusils d'assaut allemands qui tirent de travers.

    Les attentats de 2015 — Charlie Hebdo, magasin Hypercasher, Bataclan, Stade de France — ont montré que les terroristes peuvent frapper en France partout et à tout moment.
    Jusqu'à présent, les policiers français avaient le temps de réagir. Par exemple, c'est la Brigade anti-criminalité (la BAC) qui est arrivée la première sur les lieux des attentats terroristes en janvier et en novembre 2015. Les policiers avaient du temps, mais ils leur manquaient l'équipement nécessaire pour faire face au risque terroriste.

    Ces policiers sous-équipés, dotés de fusils obsolètes (Remington) et de mitraillettes Beretta M12, en service depuis les années 1950, ont dû affronter des terroristes bien préparés munis des gilets pare-balles, de Kalachnikov et de ceintures d'explosifs.

    Le ministre français de l'Intérieur Bernard Cazeneuve vient d'annoncer la mise en place du plan BAC-PSIG dans l'agglomération parisienne: les Brigades anti-criminalité (BAC) de la police nationale et les Pelotons de surveillance et d'intervention de la gendarmerie nationale (PSIG) vont être dotés de moyens supplémentaires pour lutter contre le crime organisé, la délinquance et la menace terroriste.

    D'ici fin juin, ce programme, dont le budget est estimé à 17 millions d'euros, va permettre à la police et à la gendarmerie de recevoir près de 2.000 nouveaux gilets pare-balles, 1.500 casques et 250 boucliers balistiques, pour s'opposer aux armes automatiques des terroristes et des criminels, ainsi que des centaines d'armes traumatiques et paralysantes (tasers). M. Cazeneuve a également promis d'assurer la livraison de 25.000 grenades cataplexiantes et de 65 nouvelles voitures.

    Mais l'équipement le plus important, que la police parisienne a reçu en début de semaine, est le fusil d'assaut allemand Heckler & Koch G36. Ce fusil est présenté par le ministère de l'Intérieur français comme une riposte adaptée aux tirs de Kalachnikov des terroristes.

    Seul hic, cette arme ne semble pas parfaitement fiable. Il y a environ un an, le HK G36 a fait l'objet d'un scandale militaire en Allemagne. Après avoir acheté 167.000 exemplaires de ce fusil, réputé plus précis que son prédécesseur, la Bundeswehr (l'armée allemande) a réalisé que le HK G36 présentait un défaut important: en cas de tirs en rafale, l'arme tire de travers et a tendance à surchauffer. Malheureusement, ce défaut n'a été constaté qu'au cours d'opérations militaires en Afghanistan.

    Même Ursula von der Leyen, la ministre allemande de la Défense, a reconnu que "ce fusil, tel qu'il est construit, n'a pas d'avenir dans la Bundeswehr".

    Tout en connaissant l'existence de ce défaut, le ministère de l'Intérieur a tout de même décidé d'acheter ce fusil d'assaut "Made in Germany".

    Selon France Info, le ministère français n'a pas souhaité réagir. La police nationale, pour sa part, reconnaît que ces armes n'ont pas vocation à tirer en rafale, mais au coup par coup.

    Lire aussi:

    Fusil d'assaut Kalachnikov AK-74M: fonctionnement filmé au ralenti
    Les militaires norvégiens privés de pistolet
    Des armes allemandes en vente libre dans les bazars d'Irak
    Tags:
    fusil d'assaut, scandale, police, armements, Salle de spectacle du Bataclan, HK G36 (fusil d'assaut), Kalachnikov (fusil d'assaut), Bundeswehr (armée allemande), Préfecture de police de Paris, Charlie Hebdo, Bernard Cazeneuve, Paris, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik