Ecoutez Radio Sputnik
    schengen

    Face à la menace terroriste, les Français pensent à renégocier Schengen

    © REUTERS / Wolfgang Rattay
    France
    URL courte
    7250

    La crise migratoire à laquelle l'Europe est confrontée met ses Etats et ses peuples à rude épreuve. Environ huit Français sur dix (78%) sont favorables à la renégociation des accords de Schengen afin de limiter la circulation pour lutter contre le terrorisme, selon un sondage.

    La série d'attentats qu'a connue Bruxelles a porté un nouveau coup aux accords de Schengen, et bien des Européens, dont les Français, se demandent s'il ne s'agit pas de la fin d'un rêve européen et s'il ne faudrait pas remplacer ces accords par un autre traité qui permettrait de lutter plus efficacement contre la menace terroriste. 

    L’afflux sans précédent de réfugiés en Europe remet en cause le fonctionnement du marché commun et les accords de Schengen garantissant la libre circulation des marchandises, des services, des capitaux et des hommes, Europol estimant à 3.000 le nombre de djihadistes qui ont infiltré ces réseaux de migrants qui fuient les guerres.

    D'après un sondage Elabe "L'Opinion en direct" pour BFMTV publié jeudi 31 mars, une grande majorité de Français ne fait pas confiance à l'Europe et aux gouvernements européens pour lutter contre le terrorisme et veulent restreindre les conditions de circulation des individus à l'intérieur de l'UE. 

    Plus précisément, 19% affirment n’avoir "pas du tout confiance" et 44% "pas vraiment confiance" dans l’UE et ses 28 pays membres. A l’inverse, 33% leur font "plutôt confiance", et seuls 3% déclarent leur faire "tout à fait confiance". 

    Dans le détail, seuls les sympathisants du Parti socialiste (57%) et de l’Union des Démocrates et Indépendants (56%) font majoritairement confiance à l’UE et aux gouvernements, contrairement aux sympathisants Les Républicains et à ceux du Front national, qui sont respectivement 71% et 82% à ne pas leur faire confiance. 

    Pourtant, pour 59% des Français interrogés, les instances européennes sont l’échelon le plus efficace pour lutter contre la menace terroriste. 40% des sondés considèrent au contraire que ce sont les Etats. 

    Sept sympathisants de gauche sur dix et 61% des sympathisants de la droite et du centre partagent l'opinion majoritaire, à la différence des sympathisants du Front national, qui sont 63% à considérer l’échelon national comme le plus efficace. 

    Pour lutter contre la menace terroriste, faut-il renégocier les accords de Schengen et restreindre les conditions de circulation des individus à l'intérieur de l'Europe? 78% des Français interrogés sont favorables à cette proposition. A l’inverse 22% y sont hostiles.  

    70% des sympathisants de gauche et 85% des sympathisants de la droite et du centre y sont favorables. Les sympathisants du Front national sont même 95% à vouloir renégocier ces accords. 

    Ce sondage a été réalisé sur Internet, entre le 29 et le 30 mars, sur un échantillon de 1.000 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus et selon la méthode des quotas. 

    Les accords de Schengen ont été conclus il y a de cela 30 ans, en juin 1985. Les analystes constatent que la libre circulation se heurte aujourd’hui à la crise des migrants, aux égoïsmes nationaux et désormais à la menace terroriste. Quoi qu'il en soit, la fin de Schengen coûterait des milliards d’euros à l’économie européenne.

    Lire aussi:

    En Ukraine, le nombre de refus de visas Schengen a doublé depuis Maïdan
    Faut-il s'attendre à un effondrement prochain de Schengen?
    "Toute l'Europe paiera pour la suspension de l'espace Schengen"
    Téhéran estime que Washington a abattu l'un de ses propres drones par erreur
    Tags:
    économie, accord, crise migratoire, migrants, Parti socialiste français (PS), Front national (FN), BFMTV, Union européenne (UE), Espace Schengen, Bruxelles, Europe, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik