Ecoutez Radio Sputnik
    Grève contre la Loi Travail

    La loi travail de nouveau à l'épreuve de la rue

    © REUTERS / Vincent Kessler
    France
    URL courte
    Loi Travail (70)
    6302
    S'abonner

    Les opposants à la loi travail maintiennent la pression sur le gouvernement: salariés, étudiants et lycéens avaient commencé à battre le pavé samedi, avec l'espoir d'amplifier encore leur mobilisation malgré les vacances scolaires.

    Plus de 200 manifestations et rassemblements sont prévus partout en France, à l'appel de l'intersyndicale (CGT, FO, FSU, Solidaires, Unef, UNL, Fidl), qui s'attend à une "mobilisation importante".

    ​Le coup d'envoi a été donné en matinée dans plusieurs villes, dont Rennes où plus d'un millier de personnes étaient rassemblées près du centre historique, avec en tête des jeunes portant pour certains des masques de carnaval ou cagoulés.

    ​A Toulouse, où la police attendait 5.000 à 10.000 manifestants, ils étaient plusieurs centaines à commencer à arpenter les rues.

    ​A Strasbourg, dans une ambiance festive, la manifestation a rassemblé 1.350 personnes selon la police, 3.000 selon les organisateurs. Le 31, ils étaient 5.000 selon la police et 8.000 selon les organisateurs. Beaucoup d'étudiants, de lycéens et de professeurs étaient absents pour cause de vacances scolaires, relevaient les organisateurs.

    ​A Paris, Place de la Nation, une centaine de jeunes étaient réunis, dans le calme, sous forte surveillance policière. Ils devaient se joindre à leurs aînés dans un cortège qui devait partir à 14H00 de la place de la République en direction de la Nation.

    ​La contestation contre le projet de loi est entrée dans son deuxième mois. Depuis le 9 mars, les partisans du retrait du texte ont organisé cinq journées d'action, dont deux réunissant jeunes et travailleurs, indique l'AFP.

    La dernière journée unitaire, le 31 mars, a réuni entre 390.000 et 1,2 million de manifestants. Les cortèges ont souvent été émaillés de violences, avec notamment 177 interpellations le 5 avril, journée à l'initiative des seules organisations de jeunesse.

    En organisant cette fois la mobilisation un samedi, les syndicats espèrent "élargir le mouvement aux familles, à toutes les populations qui ne sont pas forcément en capacité de se mobiliser la semaine", selon Virginie Gensel, membre de la direction de la CGT.

    Dossier:
    Loi Travail (70)

    Lire aussi:

    Pourquoi Nuit Debout n’est pas un "Podemos" à la française
    Le mouvement Nuit Debout lance sa Radio
    Le long travail sur la loi « Travail »
    Tags:
    manifestation, loi Travail, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik