Ecoutez Radio Sputnik
    Nuit debout

    Nuit debout: musique ou violence?

    © AFP 2019 Alain Jocard
    France
    URL courte
    12810
    S'abonner

    Le mouvement Nuit debout, qui occupe la place de la République depuis le 31 mars, doit déjà se poser la question de son essence. Qu’en est-il réellement de ce mouvement, réuni la première fois après une manifestation contre la Loi travail?

    Selon le délégué National du mouvement étudiant UNI Kevin Fontaine, Nuit debout est avant tout "un message de mécontentement de la jeunesse par rapport à la politique de François Hollande depuis le début du quinquennat, créé en marge du débat sur la Loi travail".

    "Aujourd'hui, on ne sait pas trop à quoi ça ressemble: à la fois à une plateforme artistique, avec des artistes assez renommés mais au final on ne sait pas quel est le message: lutte contre la Loi travail ou fête géante qui dure depuis plus d'un mois? En marge de cela, il y a eu des débordements: on ne peut pas nier qu'il n'y a pas eu de violence en marge de la Nuit debout", a-t-il raconté à Sputnik.

    Les débordements sont une des raisons pour lesquelles Nuit debout doit procéder à un nettoyage au sein du mouvement et se débarrasser des casseurs, sans quoi l'accès à l'espace public pourrait être interdit par les autorités. La police a déjà imposé de nouvelles restrictions en écourtant les heures d'occupation de la place de la République, désormais autorisée jusqu'à 22h en raison des risques posés à l'ordre public.

    "Je fais une distinction entre les manifestants et les casseurs, c'est un droit fondamental de manifester. Mais on ne peut pas nier que certains utilisent la violence: à Paris 1, un amphi est occupé par des étudiants qui sont contre la Loi travail et le gouvernement. Et des étudiants marqués à droite ne peuvent même pas entrer dans l'établissement. Comme l'académicien Alain Finkielkraut, quand il est venu place de la République: certains ne veulent pas le débat", a fait remarquer M.Fontaine.

    Mais aujourd'hui, Nuit debout a non seulement ses manifestations, ses activistes et sa radio, mais aussi ses concerts de musique classique. L'Orchestre debout s'est fait remarquer la semaine passée en exécutant la Symphonie Du Nouveau Monde de Dvořák place de la République. Clément, hautboïste ayant organisé ce concert géant, a expliqué ses motivations à Sputnik: 

    "Je suis venu avec des valeurs à gauche, et un peu déçu par les propositions des partis, en particulier ceux pour lesquels on a voté la dernière fois. J'ai découvert un monde où chacun pouvait faire des propositions d'animations et culturelles de toutes sortes, et aussi de débats. Donc on a eu l'idée de lancer un orchestre symphonique… C'est une invitation à venir jouer de la musique classique sur la place de la République et à jouer la Symphonie Du Nouveau Monde, pour un nouveau monde. Nous étions 350 musiciens".

    Alors que les violences semblent se multiplier, Clément préfère rester optimiste: 

    "Au contraire, on commence à avoir des réponses très intelligentes: j'ai vu des pacifistes faire un cordon entre les CRS et les jeunes qui lançaient des bouteilles. Je n'ai pas vu de grosses violences. C'était fantastique: les pacifistes qui se mettent entre le black block [ndlr: les anarchistes] et les CRS, c'est-à-dire entre les violents et les violents, chapeau!".

    La Nuit debout est une manifestation politique qui a débuté sur la place de la République à Paris le 31 mars 2016 afin de protester contre la Loi Travail. Des dizaines de milliers de personnes se rassemblent tous les jours dans les grandes villes de France afin de participer à ce mouvement original.

    Nuit Debout rassemble un parterre toujours plus hétéroclite. Par exemple, le collectif "Ni guerres ni état de guerre" s'est installé sur la Place, avec ses propres revendications. On y retrouve aussi des membres de la Confédération Nationale des Travailleurs (extrême-gauche) et des stands proposant des revues d'inspiration anarcho-syndicaliste.

    La mobilisation Nuit Debout s'étend aussi en Belgique et en Espagne. Pour suivre les évènements, les réseaux sociaux et autres applications de streaming vidéo sont mis à contribution.

    Lire aussi:

    Nuit debout: dispersion dans la violence, 24 gardes à vue
    Nuit debout à Paris: 12 personnes interpellées, un véhicule de police incendié
    Radio Sputnik: Débat Nuit Debout avec Gonzague de Chanterac et Aymeric Monville
    Le mouvement Nuit Debout lance sa Radio
    Tags:
    émeutes, manifestation, Nuit Debout, Paris, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik