Ecoutez Radio Sputnik
    le Sénat

    Résolution sur la levée des sanctions antirusses: "Un signe très fort"

    © Photo: AP/Michel Euler
    France
    URL courte
    Sanctions de l'Occident contre la Russie (350)
    15542

    Dans une interview exclusive accordée à l'agence Sputnik, l'initiateur de la résolution Yves Pozzo di Borgo a qualifié le vote de la Commission des affaires européennes du Sénat de "signe très fort" dont le gouvernement devra tenir compte.

    La Commission des affaires européennes du Sénat français a adopté jeudi dernier la proposition de résolution européenne présentée par Yves Pozzo di Borgo et Simon Sutour sur le régime de sanctions de l'UE à l'encontre de la Russie. Selon l'initiateur de la résolution, Yves Pozzo di Borgo, il s'agit d'"une opération de grand poids politique" qui devrait aboutir à la révision de la politique des sanctions au niveau européen.

    "Comme c'est un acte politique, c'est la majorité qui risque de le voter, le gouvernement ne peut pas rester insensible à ça. Ce qui veut dire qu'après cette position sera une position qui arrivera au Conseil européen de juin. C'est une opération de grand poids politique", a déclaré à Sputnik Yves Pozzo di Borgo.​

    La première étape de l'adoption de la résolution a été franchie avec succès. La Commission a voté pour la résolution pratiquement à l'unanimité, avec seulement un vote contre et une abstention.

    Le fait que cette résolution a été votée par la majorité de la commission prouve que l'opinion publique française et les entreprises sont fatiguées de ces sanctions.

    "Une fois cette résolution proposée, François Hollande sera obligé d'en tenir compte. Ce n'est pas un vote contraignant, mais c'est un acte politique fort. Il est obligé politiquement d'en tenir compte et d'en faire part", estime M. Pozzo di Borgo.

    En avril dernier, l'Assemblée nationale française a soutenu le projet de résolution du parlementaire Thierry Mariani appelant à lever les sanctions économiques imposées par l'Union européenne contre Moscou. Néanmoins, cette procédure est assez longue, car la résolution doit encore passer devant la Commission des affaires étrangères et de la défense, ainsi qu'au Sénat, après quoi elle sera soumise au Conseil européen, qui doit se dérouler fin juin.

    Dossier:
    Sanctions de l'Occident contre la Russie (350)

    Lire aussi:

    Le Quai d'Orsay "prend note" du vote sur l'abolition des sanctions antirusses
    La Russie pourrait lancer une attaque surprise contre l’Europe, spécule Die Welt
    En Algérie, la première cause de la prolifération «inquiétante» du cancer est culinaire
    Tags:
    loi Travail, sanctions antirusses, Commission des affaires européennes du Sénat français, Sénat français, Assemblée nationale française, Union européenne (UE), Yves Pozzo di Borgo, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik