France
URL courte
1171
S'abonner

Une intervention "vide et sans envergure", un président de qui "il n'y a plus rien à attendre", un quinquennat qui "se termine dans une impasse" et une seule bonne nouvelle: "c'était la dernière intervention de François Hollande", telles étaient les réactions à l'interview traditionnelle du 14 juillet du président français François Hollande.

Sputnik a ressemblé les réactions des politiciens français qui se sont exprimés à l'occasion de l'intervention du 14 juillet de François Hollande.

Marine Le Pen: "un indécent exercice d'auto satisfaction"

Selon la dirigeante du Front National Marine Le Pen il n'y avait pas grande chose à attendre de l'interview du président de la République. "Nous avons eu la confirmation qu'il a définitivement perdu toute hauteur de vue, toute capacité à incarner sa mission", lit-on dans son communiqué. Et Nicolas Bay, secrétaire général du FN, est d'accord avec elle dans ses tweets.

D'après Mme Le Pen, M.Hollande s'est livré à "un indécent exercice d'auto satisfaction, niant la réalité économique de la France, alors que le chômage continue d'exploser et que les perspectives de croissance ont, elles, été revues à la baisse. Même chose sur la dette et les impôts qui n'ont jamais été aussi élevés dans notre histoire mais que François Hollande ose encore, en dépit de toutes les évidences, contester éhontément.

De même, il n'a pas hésité à utiliser le Brexit comme un prétexte pour se défausser de ses responsabilités en cas d'échec de ses «prédictions»", a-t-elle fait remarquer.

La femme politique a également souligné que le président avait passé plus de temps à réagir à la bataille d'égo qui agite son gouvernement ou aux mensonges insupportables de sa "République exemplaire" qu'à répondre aux préoccupations réelles des Français.

"Pire, le président est même apparu totalement déconnecté en défendant sa loi Travail, qui va précariser les salariés et affaiblir les petites et moyennes entreprises, sans mesurer l'hostilité légitime et profonde que cette loi imposée par la violence du 49-3 a suscitée dans la population", a-t-elle fustigé.

François Fillon: "Commencé par une imposture, ce quinquennat se termine dans une impasse"

Selon l'ancien premier ministre français François Fillon, les Français ont subi aujourd'hui une démonstration d'autosatisfaction d'un président totalement déconnecté de la réalité.

"Il ment aux Français sur les dépenses publiques qui continuent de croître, sur les déficits qui ne respecteront aucun des engagements pris malgré les taux d'intérêts et les coûts de l'énergie historiquement bas. Il s'enferre à promettre une baisse du chômage qui ne peut plus être que dérisoire.Il a décerné un énième carton jaune à Emmanuel Macron sans oser l'expulsion. Où est l'autorité? Où est la responsabilité?" lit-on dans le communiqué de M.Fillon.

Eric Coquerel: "une seule bonne nouvelle: c'était la dernière intervention de François Hollande"

Le conseiller régional d'Île-de-France remarque sur sa page Twitter que le président français vit dans une autre dimension que les Français, qu'il prétend défendre le dialogue social en attaquant le contrat de travail. Le coordinateur du Parti de gauche l'accuse également d'hypocrisie qui rend ses actes semblables à ceux de la droite.

Le député français au Parlement européen Jean-Luc Mélenchon s'est adressé aujourd'hui à François Hollande avec un seul commentaire: "Droit de réponse au président Hollande par bulletin de vote au premier tour de l'élection: rentre chez toi et laisse nous faire".

 

Lire aussi:

Sarkozy ironise sur le coiffeur de Hollande
Hollande menace d'évincer Macron du gouvernement s'il ne respecte pas "deux règles"
Hollande confirme la levée de l'état d'urgence le 26 juillet
14 juillet: Vladimir Poutine félicite François Hollande
Tags:
intervention, interview, Eric Coquerel, François Fillon, Jean-Luc Mélenchon, Marine Le Pen, François Hollande, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook