France
URL courte
12174
S'abonner

En colère, des producteurs français profèrent des menaces contre la grande distribution.

Dans le pays où le vin est reconnu comme patrimoine, il ne faut pas s'étonner du fait qu'en défendant leur marché, les viticulteurs se radicalisent. De quelle menace s'agit-il? Du vin espagnol à 32 euros l'hectolitre qui fait baisser les prix sur le marché français.

Après avoir attaqué des producteurs et des négociants locaux, le CRAV (Comité régional d'action viticole) Languedoc-Roussillon, qui se présente comme un mouvement de viticulteurs occitans radicaux, compte s'en prendre à la grande distribution.

"Je pense qu'on ira de plus en plus loin. Et la prochaine étape, c'est la grande distribution. On prendra des rendez-vous de courtoisie. Et si elle ne joue pas le jeu, on s'occupera de la grande distribution comme on a fait des autres ", a menacé un porte-parole du mouvement clandestin, cité par Le Parisien.

Les opérateurs de la grande distribution sont soupçonnés d'utiliser les vins espagnols pour augmenter leur marge. Selon le quotidien français, il s'agit de vins qui donnent l'apparence d'être produits en France mais qui en réalité sont issus de la Communauté européenne.

Le CRAV a revendiqué fin juillet un acte de sabotage des cuves du négociant Biron S.A à Sète afin de protester contre l'importation de vins espagnols. Plusieurs milliers de litres de vin ont été déversés dans les rues avoisinantes.

Le 20 juillet, des membres cagoulés du CRAV avaient saccagé au cours de la nuit des locaux du groupement viticole Vinadeis, près de Béziers (Hérault), en invoquant les mêmes griefs.

Les actions ont été menées pour dénoncer l'importation à bas prix de vin espagnol par certains groupements viticoles, a expliqué un militant du CRAV.

Lire aussi:

Une Bataille de... vin?
Le vin le plus ancien au monde découvert en Grèce!
Du vin bleu, un goût de saison?
Il vient de braquer un McDonald’s mais ne s’attendait pas à tomber sur ce genre de clients
Tags:
importations, viticulture, vin, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook