Ecoutez Radio Sputnik
    A Moroccan woman wearing a burkini, a full-body swimsuit designed for Muslim women, enters the sea at Oued Charrat beach, near the capital Rabat

    A Nice, la police force une musulmane à retirer son burkini

    © AFP 2019 FADEL SENNA
    France
    URL courte
    Débat sur le burkini en France (41)
    32110019
    S'abonner

    Alors que l’arrêté interdisant le port du burkini sur plusieurs plages françaises n’est pas toujours observé, les démarches adoptées par la police créent souvent la polémique.

    Les forces de l'ordre françaises ont obligé une musulmane se reposant sur une plage à se dévêtir en public, rapportent aujourd'hui de nombreux médias britanniques. L'histoire qui a déclenché une virulente polémique a eu lieu mardi à Nice, à quelques mètres seulement du lieu de la sanglante attaque du 14 juillet dernier.

    Quatre policiers se sont approchés d'une femme en burkini. Après l'avoir entourée, ils ont forcé la dame à enlever la tenue de bain islamique. Les photos de l'interpellation ont provoqué une vague de critiques sur les réseaux sociaux.

    ​"Complètement scandaleux. Quel spectacle scandaleux vous avez donné, la France"

    ​"C'est ça, la laïcité? C'est ça, d'être libéral? Des hommes qui obligent une femme à enlever des vêtements?"

    ​Selon le quotidien britannique The Daily Mail, la femme a également dû payer une amende de 38 euros pour avoir troublé l'ordre public.

    Les autorités de Nice ont publié fin août un arrêté interdisant le port du burkini sur les plages de la ville. Auparavant, des arrêtés semblables avaient été diffusés dans 10 communes françaises. Les policiers se sont déjà mis à distribuer des amendes pour violation de la loi.

    Dossier:
    Débat sur le burkini en France (41)

    Lire aussi:

    Justin Trudeau se porte à la défense du burkini
    France: il veut payer les amendes des adeptes du burkini
    Les ventes de burkini dopées par l'interdiction
    Tags:
    burkini, polémique, police, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik