France
URL courte
Traité de libre-échange transatlantique (TTIP) (72)
74762
S'abonner

Alors qu’hier encore la Commission européenne assurait être prête à "boucler l’accord avant la fin de l’année", la France a annoncé aujourd’hui qu’elle voulait l'arrêt des négociations.

La Commission européenne s'est apparemment trop dépêchée de faire des déclarations fracassantes. Comme l'a assuré la hier le porte-parole de la Commission européenne, Margaritis Schinas, la Commission avait de nouveau obtenu cet été le soutien des 27 Etats membres de l'UE pour négocier. Le seul hic, c'est qu'aujourd'hui la France annonce qu'elle demandera l'arrêt des négociations.

C'est le secrétaire d'Etat au Commerce extérieur Matthias Fekl qui a fait aujourd'hui cette déclaration.

"Il n'y a plus de soutien politique de la France à ces négociations" et "la France demande l'arrêt de ces négociations", a déclaré M. Fekl, sur la radio RMC.

Il a justifié cette demande par le fait que les négociations, qui sont menées, côté européen, par la Commission européenne au nom des 27 Etats membres, souffraient d'un déséquilibre en faveur des positions américaines.

"Les Américains ne donnent rien ou alors des miettes (…), ce n'est pas comme ça qu'entre alliés on doit négocier", a-t-il indiqué, ajoutant que "les relations ne sont pas à la hauteur entre l'Europe et les USA, il faut reprendre plus tard sur de bonnes bases".

A protester holds up a sign, reading: Stop TTIP! (Transatlantic Trade and Investment Partnership)
© AFP 2021 Tobias Schwarz
La France exprimera cette position en septembre, lors d'une réunion des ministres chargés du commerce extérieur à Bratislava, a-t-il précisé, cité par l'AFP.

Depuis juin 2013, l'Union européenne est en négociations avec les Etats-Unis au sujet du partenariat transatlantique de libre-échange. Il s'agit de créer la plus grande zone de libre-échange du monde pour un marché de près de 800 millions de consommateurs.

Les propos de Matthias Fekl interviennent au moment où l'accord est rejeté par un nombre croissant de Français et d'Européens.

Fervent partisan de l'accord en 2014, François Hollande s'y est radicalement opposé en 2016. Après le 13e round des négociations sur le TAFTA ou TTIP, le président de la République a déclaré que la France disait "non" au traité au stade actuel. 

Fin juin, le premier ministre français Manuel Valls a de son côté déclaré qu'il ne pouvait pas y avoir d'accord sur le partenariat transatlantique de libre-échange (Tafta) entre les Etats-Unis et l'UE si les intérêts de cette dernière n'étaient pas prises en considération. 

À noter également que plus de 3,5 millions de personnes se sont déjà prononcées contre l'accord de libre-échange transatlantique ayant signé une pétition lancée par le collectif STOP TTIP.

Tafta bouclé avant la fin 2016? La France demandera l'arrêt des négociations
© Sputnik
Tafta bouclé avant la fin 2016? La France demandera l'arrêt des négociations
Dossier:
Traité de libre-échange transatlantique (TTIP) (72)

Lire aussi:

Le TTIP est mort, l'Occident "ne mènera plus le jeu" dans le commerce
TAFTA: une mort programmée?
Pourquoi des affiches de l’État sur le pass sanitaire étaient datées de janvier 2020? Explications
En bombardant le Liban, Israël envoie un message à l’Iran
Tags:
France, Matthias Fekl, Traité de partenariat transatlantique de commerce et d'investissement (TTIP)
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook