Ecoutez Radio Sputnik
    grève contre TAFTA

    Le débat sur le TAFTA investit les campagnes électorales française et allemande

    © AP Photo/ Christian Charisius
    France
    URL courte
    Traité de libre-échange transatlantique (TTIP) (72)
    291659292

    Arrêt pur, simple et définitif des négociations. Après l’Allemagne lundi c’est au tour de la France de réclamer l’arrêt des négociations autour du TAFTA, et ce n’est pas faute d’avoir déjà émis de sérieux doute quant au traité…

    L'accord de libre-échange entre l'UE et les Etats-Unis (TTIP ou TAFTA) continue de faire des vagues. "Il n'y a plus de soutien politique de la France à ces négociations", "la France demande l'arrêt de ces négociations", tranchait Matthias Fekl sur RMC. Un peu plus tard, c'est François Hollande lui-même qui déclarait dans son discours diplomatique de rentrée devant les ambassadeurs français que "les discussions sur le traité ne pourront pas aboutir à un accord d'ici la fin de l'année". C'est-à-dire, pas d'accord avant la fin du mandat d'Obama. En septembre, Paris envisage d'en informer la Commission européenne. Un vrai tournant, selon Alain de Benoist, l'auteur de l'ouvrage "Le Traité transatlantique et autres menaces".

    "Une bonne nouvelle et extrêmement importante parce que si le gouvernement français et le gouvernement allemand considèrent qu'il est impossible de continuer, on voit mal comment ce traité multilatéral pourrait poursuivre sa route. Cela dit il est quand même un peu prématuré d'enterrer le TAFTA parce qu'on peut imaginer qu'il va y avoir de très grosses pressions pour que les négociations continuent".

    Sigmar Gabriel, ministre allemand de l'économie, annonçait hier sur la chaîne ZDF que les négociations sur le TAFTA avaient "de facto échoué". Cette série de déclarations de la part de la France et de l'Allemagne intervient au moment où les deux pays se préparent aux élections. L'économiste Charles-Henri Gallois y voit une tentative de mettre le dossier sous le tapis pour ensuite le ressortir. Il se peut également que les pouvoirs français et allemand essayent de spéculer sur le thème afin de gagner des voix supplémentaires aux élections. Alain de Benoist admet que les Etats-Unis pourraient tenter leur chance avec de nouveaux élus en France et en Allemagne.

    "On peut imaginer que les choses traînent tout simplement c'est-à-dire que le TAFTA ne soit pas abandonné, mais que ça se maintienne en l'état. L'espoir des Américains étant que, notamment en France, arrive un nouveau gouvernement qui sera plus disposé à se soumettre aux exigences américaines".

    A protester holds up a sign, reading: Stop TTIP! (Transatlantic Trade and Investment Partnership)
    © AFP 2017 Tobias Schwarz
    S'exprimant sur l'éventuel impact du facteur Brexit sur les négociations autour du TAFTA, l'interlocuteur de Sputnik indique que rien n'empêche les Etats-Unis de conclure simultanément des accords avec l'Union européenne et avec la Grande-Bretagne.

    Si les négociations sur le TAFTA échouent pour de bon, il restera le CETA, l'accord économique et commercial global entre l'UE et le Canada qui doit être ratifié par les parlements nationaux. Alain de Benoist croit que bien que l'accord puisse aller à son terme, ce serait "un des facteurs qui ont sans doute mis en garde contre le TAFTA. C'est-à-dire qu'on a vu se profiler à bas niveau dans les négociations avec le Canada les exigences qui se retrouvent à haut niveau dans les négociations du TAFTA".

    Paris et Berlin joueraient la carte du TAFTA avant les élections qui approchent. Mais comme le soulignent les experts, rien n'est définitif sur la question: les négociations pourraient reprendre avec les nouvelles équipes issues des élections dans les deux pays.

    Dossier:
    Traité de libre-échange transatlantique (TTIP) (72)

    Lire aussi:

    Tafta bouclé avant la fin 2016? La France demandera l'arrêt des négociations
    Le TTIP est mort, l'Occident "ne mènera plus le jeu" dans le commerce
    Les négociations sur le TTIP ont "de facto échoué"
    Tags:
    Traité de partenariat transatlantique de commerce et d'investissement (TTIP), Union européenne (UE), Alain de Benoist, Matthias Fekl, Sigmar Gabriel, François Hollande, France, Allemagne, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik