Ecoutez Radio Sputnik
    police

    En France, il crie vouloir égorger un prêtre et est remis en liberté

    © REUTERS/ Eric Gaillard
    France
    URL courte
    Menace terroriste en Europe (341)
    273042171

    Un homme criant "Allah Akbar" et exprimant le désir "d'égorger un prêtre" a été remis en liberté par la police.

    Après avoir crié "Allah Akbar" et menacé d'égorger un prêtre, l'auteur de l'acte, qui avait toutes les chances d'être qualifié comme terroriste, a été libéré par la police de la commune de Foix dans la région Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées, rapporte le quotidien La Dépêche.

    ​La raison de la décision du Parquet de Foix sur la libération anticipée n'a rien d'extraordinaire: la gestion du procès prend du temps. Même en ces temps de menace terroriste sur le territoire français.

    Selon le malfaiteur âgé de trente ans, son geste n'était qu'une "plaisanterie". Suite à ses cris, violents dans tous les sens du terme, une passante a appelé la police. Il comparaîtra devant le tribunal pour apologie d'acte terroriste et consommation de stupéfiants. Une circonstance atténuante?

    Auparavant, le 26 juillet dernier, lors d'un acte terroriste retentissant, deux terroristes armés d'un couteau ont pris en otage cinq personnes dans l'église de Saint-Etienne-du-Rouvray près de Rouen. La police est intervenue sur les lieux et a abattu les deux hommes. A l'intérieur de l'église, le corps du prêtre Jacques Hamel, 84 ans, a été découvert. Un autre homme a été blessé et hospitalisé dans un état très grave. Il est aujourd'hui hors de danger. L'attentat a été revendiqué par Daech (organisation terroriste interdite en Russie).

    Dossier:
    Menace terroriste en Europe (341)

    Lire aussi:

    Prêtre égorgé: la libération du terroriste sous bracelet, un "échec", selon Valls
    Valls: "La France est une grande démocratie qui ne se laissera pas déstabiliser"
    Valls veut interdire le financement étranger des mosquées
    Tags:
    égorger, parquet, procès, libération, attentat, Etat islamique, Jacques Hamel, Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik