Ecoutez Radio Sputnik
    Paris : Sous le poids des « cadenas d'amour », le pont de Arts ploie

    Volontaires et réfugiés à Calais: et si c'était de l'amour?

    © Photo : RIA Novosti
    France
    URL courte
    Jungle de Calais (30)
    18620

    Des abus sexuels dans la Jungle de Calais? Une polémique a vu le jour sur les réseaux sociaux concernant de supposés rapports sexuels entre des bénévoles et des réfugiés. A l’origine de la rumeur, des témoignages de volontaires eux-mêmes repris par The Independent. Mais si dans certains cas il s’agissait tout simplement d'une histoire d’amour?

    Les bénévoles de Calais sont accusés d'abus sexuels par… les internautes. La polémique a été relatée par le journal The Independent ce jeudi. «J'ai eu l'occasion d'entendre dire que des garçons qui n'ont pas encore atteint l'âge du consentement avaient des rapports sexuels avec des volontaires», déplore un bénévole cité par le journal britannique. Ce post a été d'ailleurs supprimé par son auteur. Les faits ne sont donc pas prouvés. Pour Maya Konforti, membre de l'Auberge des migrants à Calais, la question est posée de manière incorrecte: il s'agit plutôt d'histoires d'amour auxquelles tout le monde a droit.

    «Il n'y a pas d'abus sexuels de la part des volontaires sur des réfugiés. Cela se passe pour toutes les catégories de gens: ce n'est spécifique ni pour les réfugiés, ni pour les bénévoles. Vous pouvez faire la même enquête dans n'importe quel coin de Londres, dans n'importe quel coin de Calais et vous allez avoir la même chose. On a une bénévole qui est tombée amoureuse d'un Syrien ou un Syrien qui est tombé amoureux d'une bénévole, et maintenant ils sont heureux et ils sont en Angleterre légalement».

    Le comportement des bénévoles est réglementé par le code de conduite de l'UNHCR. Les relations sexuelles entre les volontaires et les réfugiés qui se trouvent dans une position de faiblesse ne sont pas bien vues. Et dans certains cas, quand il s'agit de rapports avec des mineurs, par exemple, cela relève de la compétence d'un tribunal.

    «Dans notre association, raconte l'interlocutrice de Sputnik, il y a sans le moindre doute une recommandation là-dessus, mais en même temps, il y a des histoires d'amour légitimes qui peuvent exister. Il y a deux associations actives à Calais, Care4Calais et l'Auberge. On a tous les deux des codes de conduite, mais il y a beaucoup de gens indépendants qui viennent sur la Jungle et qui n'ont pas signé un code de conduite».

    Le camp de Calais est un lieu ouvert, poursuit Mme Konforti, quasiment tout le monde peut y rentrer, mais il n'y a pas beaucoup de femmes seules. Il y a environ 200 femmes qui ne sont pas mariées et qui habitent la Jungle.

    «Forcément il y a des histoires, ce qui est normal. Tout être humain a le droit de tomber amoureux de quelqu'un d'autre, non?»

    La bénévole explique que les jeunes filles mineures habitent dans une structure de l'État et qu'elles sont bien protégées, car souvent accompagnées de femmes adultes. «Avec les mineurs, c'est possible qu'il y ait des choses comme dans n'importe quel milieu». L'interlocutrice de Sputnik admet d'ailleurs que les mineurs dans la Jungle sont plus vulnérables, vu la précarité qui y règne.

    Dossier:
    Jungle de Calais (30)

    Lire aussi:

    La Jungle de Calais, les habitants locaux n’en peuvent plus
    Calais au bord de la crise de nerfs: la parole aux habitants
    La Grande-Bretagne érige une barrière de 4 m pour contenir les migrants à Calais
    Tags:
    camp de réfugiés, Jungle de Calais, migrants, réfugiés, Calais, Royaume-Uni, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik