France
URL courte
Primaire de la droite en France (32)
702917
S'abonner

«La proximité de Mme Clinton avec les superfinanciers de Wall Street et sa soumission aux lobbies sionistes sont dangereuses pour l'Europe et la France». Voilà ce qu’a déclaré Jean-Frédéric Poisson, candidat à la primaire de la droite et du centre hier au quotidien Nice-Matin.

Des propos aussitôt dénoncés comme abjects par le Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF) qui demande à la Haute autorité de la primaire de la droite et du centre de prendre une sanction exemplaire à l'endroit de Jean-Frédéric Poisson. Bruno Lemaire, Nathalie Kosciusko-Morizet et Nicolas Sarkozy ont également condamné ces propos.

Le principal intéressé a émis un communiqué cet après-midi déclarant regretter infiniment que ses mots « aient pu être interprétés comme de la haine à l'égard du peuple juif ou de l'État d'Israël. (…) Cette haine m'est totalement étrangère, je la combats, et je condamne, comme je l'ai toujours fait, l'antisémitisme tout autant que l'antisionisme ».

Commentant cette situation dans un entretien à Sputnik, Francis Kalifat, président du Conseil représentatif des institutions juives de France, a souligné qu'il s'agissait d'un amalgame de poncifs antisémites qui tous réunis dans la même phrase créaient un malaise.

« Ce qui est choquant, c'est d'en faire un lobby sioniste auquel serait soumise Hillary Clinton (…). On est dans cette amalgame et cette analyse qui a été presque à la base de l'antisémitisme moderne où on assimile les puissances financières, l'Amérique d'abord comme étant la puissance mondiale, ensuite les puissances financières, les sionistes : tout ça, ça veut dire quoi ? Que finalement la première puissance mondiale est entre les mains des Juifs », a expliqué l'interlocuteur de l'agence.

Et d'ajouter qu'il avait eu cette discussion avec Jean-Frédéric Poisson qui semble avoir fini par admettre que ce n'était pas ce qu'il voulait dire mais qu'il comprenait que ça puisse choquer.

Sacha Reingewirtz, président de l'Union des étudiants juifs de France (UEJF), a de son côté expliqué qu'à son avis ces propos illustraient la proximité de M. Poisson avec l'extrême droite et a souligné que si on s'intéressait davantage au profil de ce candidat, on pourrait voir qu'il a déjà déclaré à plusieurs reprises qu'il était pour un rapprochement avec le Front national.

Il a annoncé « qu'il fera campagne en décembre dans un meeting commun avec Robert Ménard qui est aujourd'hui une des figures montantes des politiques les plus racistes et les plus extrêmes en France notamment dans leurs politiques contre les migrants », a-t-il conclu.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

Dossier:
Primaire de la droite en France (32)

Lire aussi:

La violence antisémite en hausse dans le monde
Un caricaturiste français poursuivi pour un dessin "antisémite" raconte son histoire
Сlimat antisémite
Attaque du Musée juif : la justice ne confirme pas « un acte terroriste ou antisémite »
Tags:
antisémitisme, Union des étudiants juifs de France (UEJF), Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF), Front national (FN), Jean-Frédéric Poisson, Nicolas Sarkozy, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook