Ecoutez Radio Sputnik
    Lundi, à 16h34, les Françaises arrêteront de travailler ou se dessineront une moustache

    Lundi, à 16h34, les Françaises arrêteront de travailler ou se dessineront une moustache

    © Photo. pixabay
    France
    URL courte
    18313

    Les féministes françaises appellent à la mobilisation. Selon elles, considérant un écart de salaire de plus de 15% par rapport aux hommes, dès ce lundi à 16h34, elles travailleront «bénévolement» jusqu'à la fin de l'année. Du moins, si l’on observe sans réserve le principe d’égalité des sexes.

    A partir de ce lundi à 16h34 et jusqu'à la fin de l'année, les femmes françaises travailleront pour rien, juste parce qu’elles n’ont pas eu la chance d’être nées hommes, estiment des féministes, qui appellent à se mobiliser à l’occasion de cette date « symbolique » à laquelle les hommes auront gagné ce que les femmes gagneront en une année.

    ​Dans un texte mis en ligne sur la Toile et déjà devenu viral, les activistes des Glorieuses, s'inspirant d'une initiative similaire islandaise, réclament l'égalité salariale.

    ​La fondatrice des Glorieuses, Rebecca Amsellem, appelle à une « prise de conscience collective ».

    Selon elle, « lundi à 16h34 et 7,5 secondes précisément, on peut se dire qu'on va travailler pour rien tous les jours jusqu'à la fin de l'année ».

    ​Pourtant, Mme Amsellem ajoute ne pas vouloir appeler les femmes à quitter leur travail. Tout ce que veulent les Glorieuses, c’est proposer aux associations, aux syndicats de travailleurs de s'approprier ce chiffre pour se mobiliser, conclut-elle.

    Le 24 octobre en Islande, les femmes sont descendues dans la rue pour réclamer l'égalité salariale.

    Lire aussi:

    Les femmes suisses travailleront «gratuitement» pour le reste de l'année
    Les femmes travaillent 39 jours de plus par an que les hommes
    Clinton accuse Trump de sexisme mais rémunère mieux les hommes que les femmes
    En Allemagne, femmes et chefs d'entreprise exposés à une retraite pauvre
    Pourquoi vendaient-ils aux femmes un café plus cher qu’aux hommes?
    Tags:
    inégalité, mobilisation, Les Glorieuses, Rebecca Amsellem, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik