Ecoutez Radio Sputnik
    Manuel Valls et François Hollande

    La gauche française navigue toujours à vue

    © REUTERS / Gonzalo Fuentes
    France
    URL courte
    Présidentielle 2017 en France (205)
    64201
    S'abonner

    Sur fond d’hésitations continuelles de François Hollande sur son propre avenir politique, la gauche semble miser également sur Manuel Valls, toujours incertain comme candidat. Cependant, c’est bien François Fillon et Marine Le Pen qui s’avèrent être déjà prêts à l’élection présidentielle en 2017.

    La gauche française est victime fractures internes et à une crise dans sa prise de décisions alors que la droite s'est unie autour de François Fillon, a estimé Jérôme Lambert, député du Parti socialiste (PS) à l'Assemblée nationale, dans une interview accordée à Sputnik.

    « C'est une réalité que la gauche aujourd'hui se présente pour le moment totalement désunie dans la perspective de l'organisation de l'élection présidentielle. Il y a déjà un candidat de gauche, Jean-Luc Mélenchon, qui est parti en campagne. Il y a un candidat de centre-gauche, Emmanuel Macron. (…) Et puis le Parti socialiste va organiser ses primaires avec des candidats declares », a déploré le parlementaire.

    Selon lui, la situation à gauche est « très confuse, car cette gauche est très fragmentée et risque évidemment énormément de se voir anéantie aux prochaines élections, si elle part dispersée comme elle est ».

    En outre,  Jérôme Lambert a laissé de la marge à François Hollande, qui doit décider de son avenir politique au plus haut niveau face à une éventuelle participation de son Premier ministre dans la course à la présidence de la République.

    « Mais ce qui est certain, c'est qu'il ne pourra pas y avoir dans cette élection un président de la République en exercice qui souhaite être à nouveau candidat et son Premier ministre qui se présente contre lui. C'est une situation impossible à envisager. »

    Pour Jérôme Lambert, si Manuel Valls était candidat contre François Hollande, il lui appartiendrait de quitter très rapidement Matignon et de ne plus être Premier ministre à quatre mois d'une électionqui l'opposerait au chef de l'État.

    « C'est bien compliqué. Quel va être le sentiment des électeurs de gauche d'abord ? Il faut déjà qu'ils connaissent les candidats. Or, je vous rappelle qu'on ne sait pas si le président de la République en premier lieu sera candidat. Eventuellement, si le président n'est pas candidat, c'est le Premier ministre qui sera candidat. Aussi d'autres, certains autres candidats sont connus, mais il manque encore tellement de paramètres. »

    D'après le membre du PS, il s'agit d'une situation pleine de surprises, parce que personne ne s'impose, les candidats ne sont pas connus et la campagne n'a pas commencé.

    À quatre mois de l'élection présidentielle, la gauche française pourrait essuyer un des plus larges échecs politiques de son histoire, n'étant même pas encore prête à presenter un candidat crédible.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

    Dossier:
    Présidentielle 2017 en France (205)

    Lire aussi:

    Emmanuel Macron candidat: échec garanti ou «bombe à retardement»?
    Valls «le mieux placé» pour la présidentielle si Hollande renonce, selon Le Drian
    Manuel Valls voit François Hollande se suicider
    Tags:
    primaire, premier ministre, candidats, droite, gauche, Présidentielle française 2017, Parti socialiste français (PS), Jérôme Lambert, Emmanuel Macron, François Fillon, Jean-Luc Mélenchon, François Hollande, Manuel Valls, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik