Ecoutez Radio Sputnik
    Investisseurs. Image d'illustration

    La présidentielle française inquiète-t-elle les investisseurs étrangers ?

    © Fotolia/ Beeboys
    France
    URL courte
    Maxime Perrotin
    21173448

    La pagaille politique en France inquiéterait les investisseurs étrangers : scandales, favoris éliminés des primaires de droite et de gauche. Un site américain suggère même que « parier contre la France » pourrait s’avérer être un choix boursier judicieux. Vraie crainte ou tentative de jouer sur les peurs ?

    « L'un d'eux fait face à des allégations selon lesquelles il aurait versé à sa femme d'énormes sommes d'argent provenant de fonds publics. Un autre veut introduire un revenu de base universel — à un coût de 440 milliards d'euros — payé en taxant les robots. Un troisième veut sortir le pays de l'euro. Et le dernier candidat est un novice complet, qui a promis beaucoup en tant que ministre des Finances, mais a très peu tenu. »

    Voici le tableau radieux, dressé par le site américain d'informations financières MarketWatch, des favoris à la succession de François Hollande. Un site qui estime que « parier contre la France » serait un choix boursier judicieux. En cause, cette belle pagaille politique dans l'hexagone, à moins de 80 jours des présidentielles, qui fait planer le doute quant à son issue, tout particulièrement depuis les révélations du Canard enchaîné sur ce qui est devenu le « PenelopeGate », portant un coup dur à la campagne du candidat le mieux placé jusqu'alors, François Fillon.

    Une incertitude qui inquiéterait de plus en plus les investisseurs étrangers, c'est le constat dressé par Le Figaro, d'autant plus qu'ils n'accordent plus guère de crédit aux instituts de sondage après les épisodes du « Brexit » en juin et de l'élection de Donald Trump en novembre. « L'élection présidentielle française est rapidement en train de devenir l'une des luttes les plus imprévisibles de ces dernières années — même en tenant compte de la décision des U.K. de quitter l'Union européenne et de l'élection de Donald Trump en tant que Président des États-Unis » précise le site américain

    Quant au quotidien français, la question « Can she win? » — Marine Le Pen peut-elle gagner?— serait devenue un incontournable des rencontres entre investisseurs étrangers et leurs homologues français.

    En guise d'indicateur de ce sentiment de défiance des investisseurs vis-à-vis de l'hexagone, Le Figaro comme MarketWatch, mettent en avant l'écart qui se creuse depuis plusieurs semaines entre les taux d'intérêt de la France et de l'Allemagne sur les obligations d'État à dix ans. Des taux, qui remontent sensiblement depuis plusieurs semaines. Mais L'économiste Véronique Riche-Florès, Présidente-Fondatrice de RF Research, est quant à elle plus « dubitative » concernant le diagnostic du média américains:

    « On est de toute façon dans un contexte de remontée — très graduelle — mais de remontée des taux d'intérêts à long terme. Le mouvement a commencé en Allemagne et touche tous les pays de la zone euro et traditionnellement dans ces périodes là on a des écarts de taux — des spreads — avec l'Allemagne qui ont tendance à se creuser. Donc il y a une partie qui est normale dans ce phénomène de creusement des écarts de taux. »

    Véronique Riche-Florès est d'autant plus prudente quant à l'interprétation faite par MarketWatch de ces données, qu'elle souligne que parier contre la France — dans la mesure où un candidat prônant la sortie de la zone euro pourrait l'emporter — c'est parier contre l'Euro lui-même.

    « Dans ce contexte-là, on aurait du mal à acheter l'Euro, or ce qu'on constate, c'est que depuis une dizaine de jours, l'euro a plutôt tendance à se réapprécier, notamment contre la devise américaine. »

    Pour elle, « il n'y a pas péril en la demeure », même si le risque politique existe bel et bien et pourrait se matérialiser d'ici quelques jours, en créant plus de tensions notamment sur les marchés obligataires « si les choses et la visibilité ne s'amélioraient pas ». Pour la spécialiste les marchés ne sont actuellement pas dans cette logique. En guise d'illustration, elle rappelle le succès remportée par l'obligation verte lancée par le gouvernement mardi 24 janvier 2017 pour un montant total de 7 milliards d'euros.

    « La souscription a été massive, on est certainement sous un œil vigilant, mais je ne crois pas qu'il y ait encore d'effet massif en termes de comportement des investisseurs étrangers sur la dette française. »

    Si elle exclut tout sentiment de panique sur les marchés pour le moment, Véronique Riche-Florès tient néanmoins à souligner la place que tient l'Asie, « fortement acheteuse de dette européenne et française » dans les rangs des nombreux investisseurs étrangers que compte la France et la difficulté pour ces investisseurs, distants, d'avoir une bonne appréhension de la situation réelle, politique, dans l'hexagone.

    « Vu d'Asie, cela doit être assez compliqué de savoir ce qui se trame en France, donc il y a un vrai sujet d'inquiétude. »

    D'autant plus que si un risque politique existe sur la France à l'orée d'élections présidentielles, d'autres pays de la zone euro font face à ce même risque et leur situation économique est plus critique que celle de l'hexagone, c'est notamment le cas de l'Italie où des élections générales pourraient bientôt avoir lieu suite à la démission de Matteo Renzi après le rejet, le 6 décembre dernier, de son projet de réforme constitutionnelle.

    Quoi qu'il en soit, ce n'est en tout cas pas la première fois que l'on entend cette petite musique, celle des menaces d'effondrement économique, déjà entendue avant l'élection de Donald Trump à la Maison-Blanche ou la victoire du « Brexit ». Si on accuse régulièrement les candidats de la famille le Pen de jouer sur les peurs, dans le cas présents les premiers à le faire — et ce de manière très concrète — ne seraient-ils pas certains spéculateurs?

    Rappelons que parier contre un pays signifie souscrire des produits financiers tels que les trackers dits « inversés », des produits qui évoluent à l'inverse d'indices boursiers: ainsi, si le CAC 40 plonge, le trackers « inversé » dédié va quant à lui grimper en conséquence.

    S'il peut paraître compréhensible pour certains de vouloir parier à la baisse dans une telle période, pour celles et ceux qui seraient tentés par les facilités qu'offrent ces produits financiers — démocratisés ces dernières années — leur utilisation nest pas sans risque.

    La bourse a toujours été un jeu risqué, mais parier à la baisse l'est encore plus au vu des gains que cela peut générer, même les plus aguerris si brisent les dents, comme Georges Soros, qui en 2014 perdait deux milliards de dollars en pariant sur la baisse du S&P 500. Pas grand-chose pour le célèbre Hedge-Fund du milliardaire américain, mais les petits boursicoteurs n'auront peut-être pas les reins aussi solides…

    Lire aussi:

    Radio Sputnik: Les infos du 3 février 2017!
    François Fillon : souverainiste ou thatchérien?
    Peut-on parler d’une crise de l’euro ?

    Lire aussi:

    Politique financière: vers de futurs combats entre le dollar US et l'euro?
    Les marchés financiers et l’élection présidentielle française
    L’Euro, angle mort de la présidentielle?
    Élections: les bookmakers sont-ils plus fiables que les sondages ?
    Comment les prochaines 48h peuvent changer le monde
    Tags:
    investissements, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik