Ecoutez Radio Sputnik
    des citoyens français

    Les Français, des anti-système frileux !

    © AFP 2017 Valery Hache
    France
    URL courte
    Maxime Perrotin
    402728209

    Les français seraient déclinistes et en tête des pays les plus en désaccord avec leur classe politique, selon la dernière étude de l’IPSOS. Pourtant les français sont en parallèle une minorité à se dire « susceptibles » de voter pour un parti ou un candidat prêt à changer les règles. Analyse.

    La fin de semaine a été particulièrement riche en meetings politiques: Benoît Hamon, Marine Le Pen, Emmanuel Macron, Jean-Luc Mélenchon et son hologramme ou encore le déplacement de François Fillon dans les Ardennes, tous les ténors pressentis pour la dernière ligne droite à l'investiture suprême ont fait parler d'eux d'une manière ou d'une autre. Mais ont-ils lu la dernière enquête de l'IPSOS?

    Une enquête menée en 2016 auprès de 16 096 personnes de 16 à 64 ans dans 22 pays riches et émergents montre un pessimisme — pas nouveau en France — notamment vis-à-vis de l'avenir de leurs enfants. Un thème, une crainte, devenue récurrente dans les sondages ces derniers temps. L'enquête montre surtout une grande défiance vis-à-vis de la classe politique et du « système ». De quoi interpeller nos ténors politiques.

    À vrai dire, les candidats ne pouvaient pas, techniquement parlant, prendre connaissance de cette enquête, publiée ce lundi 6 février sur le site de l'institut de sondage. Cependant, le résultat de celle-ci n'est pas surprenant et s'inscrit dans la continuité d'études précédentes, notamment celle d'OpinionWay pour le Cevipof (le centre de recherches politique de Sciences Po) mi-janvier.

    Le politologue Pascal Perrineau avait alors insisté sur un certain paradoxe du résultat de cette étude: celui de voir des français plus demandeurs de protectionnisme, tout en allant vers un libéralisme plus « assumé ».

    Un positionnement étonnant que l'on retrouve dans l'étude de l'IPSOS: tant sur les questions de libéralisme et de mondialisation. Dans le cas de cette étude, 66 % des Français se prononcent en faveur d'un contrôle par l'État du prix des denrées alimentaires de base (au-delà d'une moyenne de 58 %), mais ils ne sont plus que 36 % à se prononcer en faveur de la nationalisation des ressources naturelles. Sur les questions d'immigration, si 69 % des français sont contre l'idée « qu'il serait préférable pour la France de laisser venir tous les immigrés qui le souhaitent », les français semblent en moyenne plus ouverts que leur voisins européens — moins de la moitié (40 %) des personnes interrogées dans l'hexagone estimant que la France serait « plus forte » en cas d'arrêt de l'immigration et seuls 33 % des Français (contre une moyenne de 35 %) estiment que « les immigrés prennent les emplois des citoyens français. »

    En parallèle, toujours concernant l'ouverture du pays, avec l'Italie, la France fait figure d'exception à la règle de percevoir comme une opportunité l'ouverture de l'économie nationale aux entreprises étrangères, en d'autres termes, les Français sont sceptiques face à la mondialisation!

    Des résultats qui sont loin d'étonner Thibault Isabel, docteur en philosophie et rédacteur en chef de la revue Krisis —Il est notamment l'auteur de l'ouvrage Le Parti de la tolérance, (Éd. La Méduse, 2 014)

    « De telles études ont déjà été publiées au cours des dernières années, et montrent une poussée constante du "déclinisme" dans tous les pays occidentaux. Cela s'explique évidemment par des motifs objectifs: les Occidentaux voient bien que les conditions de vie déclinent, c'est lié à une évolution structurelle du capitalisme et de la situation internationale. Les gens savent objectivement que les populations souffriront davantage — seront moins heureuses — que les générations précédentes. Les riches sont de plus en plus riches, mais il est évident que le taux de richesse et de satisfaction, de bonheur moyen de la population ordinaire, ne cesse de décroître depuis maintenant de nombreuses décennies. »

    Une étude, qui n'est pas unique en son genre en somme, mais qui interpelle par son contenu détaillé. En effet, si on comprend vite que les Français sont particulièrement prompts à dénoncer leur classe politique, ils semblent en revanche beaucoup moins enclins à voter en considération de ce sentiment.

    On constate par exemple que les Français s'illustrent particulièrement lorsqu'ils sont 80 % — 31 points de plus que la moyenne des 22 pays — à s'accorder sur le fait que « Pour que la situation change, nous avons besoin d'un dirigeant qui soit prêt à changer les règles du jeu ». 76 % des Français estiment par ailleurs que « les partis et hommes politiques traditionnels ne se souviennent pas des gens comme moi ».
    Mais plusieurs pages plus tard, à une toute autre question, les Français passent sous la moyenne (de 4 points) des autres pays en n'étant que 40 % à se dire « susceptibles » de voter « pour un parti ou un dirigeant politique qui souhaite changer radicalement le statu quo ».

    Un résultat qui interpelle également Thibault Isabel, qui souligne là un paradoxe et ce au sein même de ceux qui protestent contre la classe politique:

    « Certes, la majeure partie des Français rejette leur classe politique, mais on voit que même parmi les gens qui rejettent la classe politique, il y a encore une légère majorité de personnes qui soutiennent le système mondialiste. »

    Dans le contexte électoral, à qui pourrait profiter ce paradoxe? Alors que tous pointent du doigt la montée des populistes, sur fond de Brexit et d'élection de Donald Trump, faisant planer le « spectre » de la victoire de Marine Le Pen, est-ce vraiment les candidats s'affichant comme antisystème qui profiteront de ce paradoxe? Pour Thibault Isabel, la réponse est claire:

    « C'est quelque chose je pense qu'Emmanuel Macron a très bien compris, parce qu'en fait, qu'est-ce qu'il fait? D'un côté, il tient un discours populiste de remise en cause du clivage Droite-Gauche et des vieilles élites politiques, mais dans le même temps il défend l'idéologie du système. »

    « Je ne dis pas que les choses ne vont pas évoluer, il y a une dynamique en faveur de la remise en cause profonde du système, mais à l'heure actuelle, indéniablement, le rejet de la classe politique ne signifie pas encore qu'il y a une majorité électorale contre le mondialisme et donc l'idéologie qui a le plus de chance de prospérer en l'état actuel de l'opinion, c'est une idéologie qui serait à la fois superficiellement populiste, mais qui dans le fond resterait mondialiste. »

    Comment expliquer un tel paradoxe? Surtout que les exemples ne manquent pas. L'étude révèle que les Français sont notamment les plus inquiets concernant l'avenir de leur progéniture. 61 % des Français interrogés estimant que leur génération a une vie moins bonne que la génération de leurs parents, et que 67 % des jeunes d'aujourd'hui auront une vie encore moins bonne que celle de leurs parents.

    « Il faut se rendre à l'évidence, les aspirations que nous pouvons tous nourrir sont souvent des aspirations contradictoires. En réalité, les gens en France, pour une légère majorité, restent encore favorables dans leurs idées au système mondialiste. En même temps, ces mêmes personnes constatent que cela ne va plus, que le pays est en déclin et que le système économique actuel nous plonge dans un marasme qui est insupportable pour tout le monde. Donc d'un côté, les gens restent attachés à des vieilles idées auxquelles ils continuent de croire et dans le même temps ils sentent bien que ces idées ne fonctionnent plus. Donc ils sont eux-mêmes clivés et ils ont besoin de politiciens au discours clivé pour répondre à leurs attentes. »

    Notre expert relativise, pour lui cette situation qui se profile en cette année 2017 n'est en fait pas si inédite que cela, une situation qui s'explique simplement par le fait qu'elle est « en adéquation avec ce que recherche une légère majorité des Français »:

    « Cela fait maintenant une quinzaine d'années, que tous les hommes politiques qui parviennent aux plus hautes fonctions de l'État, s'imposent aux termes des joutes électorales sur la base d'un discours de rupture, de changement: Nicolas Sarkozy avait obtenu le pouvoir de cette façon, c'était le candidat du changement qui allait tout balayer, François Hollande lui aussi disait "le changement c'est maintenant". En fait les candidats du système on compris depuis de nombreuses années qu'ils ne pouvaient réussir à s'imposer qu'en prônant un changement radical en surface, alors qu'en réalité ils continuent à préserver le statu quo. »

    Un statu quo intenable pour Thibault Isabel « on ne peut pas à la fois soutenir le système tel qu'il est et déplorer les effets de ce système ». Mais en attendant que les Français surmontent leurs contradictions, c'est donc Emmanuel Macron qui les exprime le mieux à la fois anti-système dans la forme et pro-système sur le fond, ce qui explique peut-être en partie qu'il soit le favori des médias. Pour autant, ses détracteurs devraient toutefois garder une lueur d'espoir. En effet, l'étude de l'IPSOS relève également qu'en France, 68 % ne font pas confiance aux médias, une défiance qui pourrait finir par rejaillir sur leur chouchou.

    Lire aussi:

    Sondage: les perceptions et attentes des Français
    Fillon vs Juppé : c’est parti pour le final de la primaire à droite!
    D’abord le Brexit, puis Trump: Pourquoi les sociologues se sont encore trompés
    Fillon gagnant, les sondages à nouveau sur la sellette
    Tags:
    élections, politique, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik
    • avatar
      Norbert
      Comment avoir confiance dans les médias quand on sait que les infos sont téléguidées? Les médias obéissent à ce que l'état leur ordonne. Il faut dire que les subventions qu'ils perçoivent sont en jeu, ainsi que leurs avantages. Ce qui est déplorable, c'est que ces journaleux se sentent obligés de raconter n'importe quoi.
      Quant à macron, leur chouchou, deux affaires le guettent: soupçons sur l'argent de bercy et financement par un lobby! De cela les journaleux n'en parlent pas. Belle preuve de la non objectivité, du mensonge par omission! Chez eux, la fourberie est reine.
    • Poseidonen réponse àNorbert(Afficher le commentaireCacher le commentaire)
      Norbert,
      Je crois que vous avez résumé.
      Aujourd'hui, les médias peuvent présenter les sondages qu'ils veulent, la première réaction des gens: "Un sondage ? Ahahah !". Bref, j'ai l'impression que la majorité des personnes se sont rendu compte de l'orientation de l'information, comme de plus en plus en observent les tentatives de manipulation.

      Sans compter, que, le principe du sondage fonctionne sur une population homogène, hors, plus aucune population ne l'est par la "diversité".
      Faites un sondage sur plus de 1000 personnes entre Barbes, Saint-Denis et similaire et le même auprès de 1000 personnes entre le 13ème, le 16ème etc et vous aurez des résultats aux antipodes.
      Faire un vrai sondage reviendrait à sonder les personnes suivant le même pourcentage que correspondant à leur diversité dans la population, hors ce calcul est interdit. De facto des sondages sans valeur, si ce n'est celle que l'on veut transmettre, suivant les lieux de sondage ciblés à cette destination.
      Bref: une fois de plus, prenez-nous pour des pigeons.
    • avatar
      michel.louis.loncin
      Bref, des têtes à claques !!!
    • avatar
      rapalou
      Je vais voter FN, comme d'habitude, sans trop d'espoir vu que tous les médias et les journalistes sont contre Marine.... et c'est bien vérifié en France, les électeurs votent pour ceux qu'on leur dit de voter au deuxième tour. Mais ça fait plaisir quand même de voir le FN premier parti de france, même si à la télé ils vont nous dire que le FN est derrière. Peut être pour masquer le fait que le FN est largement sous représenté à l'assemblée, ce qui atteste bien que les soit-disants démocrates (ripoublicains et socialislamistes) sont des magouilleurs de première ! une république qui ignore 30% des électeurs est une république bananière. je souhaite une agréable retraite au parrain françois fillon et ainsi qu'à toute sa clique mafieuse .
    • Jn-Claude
      Il est un fait aussi que les candidats anti-système sont soigneusement non-représentés dans les médias habituels, ce qui bien entendu fausse vraiment le résultat des sondages. Même Mélenchon, qui est moins catégorique, subit en partie cette censure : alors, les autres.... les Nikonoff, Asselineau, Gastaud....
    • avatar
      lacertae
      Cet article dit vrai et c'est bien là le problème. La propagande anti-système est telle qu'elle effraie la part non courageuse population et la retient de voter soit Mélenchon, soit Marine qui jouit d'une opposition telle que tous les candidats avant de commencer leurs discours ou presque, attaquent Marine Le Pen. Quand cette dernière passe devant des interviewers, ils ont l'ordre d'avoir un ton désapprobateur et méprisant. Je suppose même qu'ils prennent des cours de théâtre pour cela. En 1968, on était presque le pays de la liberté et aujourd'hui, on est devenus le pays de la propagande et de la pub. La propagande a toujours été extrême avec la fausse gauche mondialiste ou anti nationaliste au pouvoir. Pourquoi la fausse gauche est anti nationaliste et bien pour que les français qui en majorité aiment leurs pays, ne votent pas pour une vraie gauche non mondialiste et que le capitalisme conserve le pouvoir.
    • normandieniemen
      FRANCOIS ASSELINEAU et l'UPR superberment ignorés par SPUTNIK .
      pourtant il ne traine aucune casserole , il est beinveillant a l'egard de la russie . il ne prend pas les gens pour des corniCHONS comme melenCHON le fait quand il parle de la révision des traités sans sortir de l'UE ou quand il réclame une autre europe sans sortir de l'UE .
      décevant .
    • avatar
      Veritas
      Les pauvres français sont drogués par les média franc-maco-mondialistes,
      depuis plusieurs decennies.
      Sortir de cet esclavage ne se fera pas en un jour...
      Toutefois l'INTERNET EST CRAINT par cette maffia
      franc-maco-mondialiste dont la racine se trouve
      à sciences-po, à tel point que le journal "Le Monde"
      propose maintenant le "Decodex" pour filtrer
      les informations "fiables" !!!!!!!!!!!!!!!!!!
      Son residu de filtration est appelé le "complot".
      Moi qui connait le génie chimique, je peux vous
      en parler...de la filtration !!!!!!!!!!!!
    • avatar
      Veritas
      La séduction du monde...l'arme preferée de Satan...
      l'ennemi de la Verité et le père de tous les complots !!!:
      L'Apôtre Paul avertit les hommes:
      Ephésiens 5:6
      Que personne ne vous séduise par de vains discours ;
      car c'est à cause de ces choses que la colère de Dieu
      vient sur les fils de la rébellion.
      Ephésiens 4:1-16
      afin que nous ne soyons plus des enfants, flottants et emportés
      à tout vent de doctrine, par la tromperie des hommes, par leur
      ruse dans les moyens de séduction,
    • avatar
      nchab38
      Ils ont raison d'être méfiants les Français , car il y a beaucoup de leurres
      qui se présentent à eux comme des anti système , alors qu'ils en font parti
      du système , leur options , l'entourage ce ces personnages ne trompent
      pas dit moi qui tu fréquentes , je te dirai qui tu es , bien regarder cela...
      Les exclus du système , les souverainistes patriotiques et anti mondialistes
      sont les seuls à être crédibles pour un vrai changement au bénéfice de la
      France et des Français Pour ce sortir de cette impasse , votez pour le parti
      non accepté par le système et patriotique , il n'y a rien d'autre à faire .
      Tout le reste n'est qu'imposture !
    • avatar
      nchab38en réponse ànormandieniemen(Afficher le commentaireCacher le commentaire)
      normandieniemen, La plus grande casserole qu'il traîne sont des diffamations constantes et mensongères .
      Quand on est sérieux , on ne base pas sa politique qu'en cherchant de démolir ses concurrents .
      Il est malhonnête Asselineau un point c'est tout :

      Un petit rappel du braillard :

      www.youtube.com/watch?v=2b_WDyVAbF8
    • avatar
      nchab38en réponse àlacertae(Afficher le commentaireCacher le commentaire)
      lacertae, Mélenchon est du système et fait parti du système , vous
      pouvez constater , il n'a aucun problème pour trouver ses financements ,
      il peut agiter ses nervis anti fa , tout ce passe bien pour lui .

      Et en plus ce type là est un bonimenteur total , trotskiste , franc maçon
      internationaliste , mondialiste , pro islam et pro immigrationniste
      tout ce que l'oligarchie financière souhaite , donc lui c'est un imposteur c'est sûr . Il est clair qu' il est en mission , il raconte n'importe quoi , juste
      pour faire barrage au FN , c'est sa mission à chaque élection , après il
      rentrera dans les rangs de toute la gauche et leur doctrine habituelle .
      Rien à voir avec la patriotique MLP qui elle est très mal menée , là ,
      il n'y a aucun doute.....et là oui , le changement serait radicale puisque
      totalement différent et hors système .
    • avatar
      windoz
      Les Français ?

      Des Moutons Rothschild à qui on promet la vie de Château... qui vont voter Macron.
    • avatar
      nchab38en réponse àwindoz(Afficher le commentaireCacher le commentaire)
      windoz, Sauf qu'à la sortie ils ne boiront pas le champagne.....
      Ils seront à l'eau et au pain sec de , ça c'est sûr...
    • avatar
      vives.josiane
      Nos compatriotes "bien panés prêts à cuire au macron" quand vont 'ils réagir ! Dupés par Sarkozy, Hollande, j'ai hâte de les voir sortir des utopies, des mensonges du non élu, sans programme autre que le mondialisme à gogo et dont personne ne connait ses sponsors!.
    • avatar
      windoz
      Une vraie tête de Marianne sur la photo... En Marche le Troupeau !
    • avatar
      verbeavoir
      les français paient chaque année une redevance télévisuelle à l'état français ce qui est déjà une exception dans le monde. L'état utilise cet argent pour payer grassement des gens de la télé qui en retour lèchent les bottes et font allégance aux élus . une façon pas honnête d'utiliser l'argent public à des fins personnelles. de plus ce ne sont que des émissions vraiment nulles que peu de gens regardent.
    • avatar
      nchab38en réponse àverbeavoir(Afficher le commentaireCacher le commentaire)
      verbeavoir, Oh! oui vous avez raison , écoutez ceci Marine à fait une bonne
      pêche dans ce milieu qui de surcroît vaut le coup : écoutez après l'annonceur ?
      www.youtube.com/watch?v=0199ejEQslc
    • avatar
      nchab38en réponse àwindoz(Afficher le commentaireCacher le commentaire)
      windoz, Bien vu....!
    • selenaondirignee
      En effet, les français ne veulent pas vraiment que les choses changent, car, de quoi se plaindraient ils, si tout devenait paradisiaque ?
    Afficher les nouveaux commentaires (0)