Ecoutez Radio Sputnik
    Jean-Luc Mélenchon

    Mélenchon «insoumis», est-il prêt au rassemblement?

    © AFP 2019 Alain Jocard
    France
    URL courte
    Présidentielle 2017 en France (205)
    61822

    Jean-Luc Mélenchon s’est dit jeudi «ouvert à la discussion» avec Benoît Hamon, candidat socialiste à la présidentielle. Quels résultats faut-il attendre d’une telle rencontre alors qu’un ralliement, à l’instar de Yannick Jadot, ne semble pas séduire le candidat de La France insoumise? L’idée de ressembler la gauche a-t-elle encore ses chances?

    Jeudi soir, Jean-Luc Mélenchon a été interrogé par les journalistes de L'Émission politique, sur France 2, à propos de la possibilité d'un rassemblement de la gauche. Et, fait curieux, alors que l'on croyait que Jean-Luc Mélenchon préférait rester « insoumis », il s'est déclaré ouvert au dialogue avec le socialiste Benoît Hamon, affirmant ne « fermer aucune porte » à deux mois du premier tour de l'élection présidentielle.

    « Je suis ouvert à la discussion, ce n'est pas moi qui ai fermé la porte », a-t-il déclaré. Et d'ajouter: « Si Benoît Hamon me dit: "Je te propose le principe d'une candidature unique", je regarderai ce qu'il me propose, ce n'est pas ce qu'il a fait. »

    Il a évoqué même comme disponibilité les journées de « dimanche ou lundi » pour rencontrer Hamon. Benoît Hamon, à son tour, a répondu vendredi favorablement à l'offre de discussions de Jean-Luc Mélenchon.

    « Je lui dis que j'accepte volontiers sa proposition, que je lui propose même que nous ayons une discussion à quelques-uns, dont Yannick Jadot, pour voir dans quelles conditions la gauche peut se rassembler », a déclaré Benoît Hamon sur France 2.

    À l'évocation d'une candidature commune, Benoît Hamon a dit considérer « être aujourd'hui en situation de pouvoir l'incarner, car je peux parler à toutes les composantes de la gauche ».

    Néanmoins, le candidat de La France insoumise ne le croit pas: « C'est dur, parce que les gens qui sont avec moi détestent tellement le PS maintenant que c'est moi qui dois dire "‘doucement, du calme, on ne va pas y arriver comme ça" ».

    Après le second tour de la primaire socialiste, Jean-Luc Mélenchon s'est avant tout félicité du fait que « pour désigner son candidat, le PS ait préféré nos mots à ceux de son propre gouvernement ». Avant d'ajouter que « c'est à nous qui avons porté ce choix tant d'années d'être à la hauteur pour le rendre victorieux (ce programme, ndlr.), la campagne des "Insoumis" et ma candidature sont là pour cela. Rien que pour cela. »

    En outre, Jean-Luc Mélenchon ne semble pas séduit par un rassemblement avec Yannick Jadot:

    « Je ne vais pas accepter de négocier je ne sais quoi sur un coin de table pour échanger des circonscriptions comme un Yannick Jadot », a-t-il lancé ironiquement à propos de l'écologiste.

    Ce dernier, qui est arrivé en tête du second tour de la primaire à gauche, a annoncé vouloir rassembler tous les socialistes, la gauche et les écologistes. Il compte construire une majorité gouvernementale avec Yannick Jadot, candidat écologiste, et Jean-Luc Mélenchon, dirigeant de La France insoumise.

    Si l'écologiste Yannick Jadot a annoncé jeudi soir qu'il renonçait à sa candidature à l'élection présidentielle au profit d'une alliance avec Benoît Hamon, Jean-Luc Mélenchon semble vouloir aller « jusqu'au bout ». La rencontre de gauche mettra les ponts sur les i. Et l'on verra si le candidat de La France insoumise l'est autant que cela.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

    Dossier:
    Présidentielle 2017 en France (205)

    Lire aussi:

    Yannick Jadot retire sa candidature en faveur de Benoît Hamon
    Présidentielle: Le Pen remporterait le 1er tour, mais serait perdante au 2e
    L’alliance avec Bayrou clarifiera-t-elle la position de Macron vis-à-vis de la Russie?
    Tags:
    élection présidentielle, candidats, Présidentielle russe 2008, Benoît Hamon, Yannick Jadot, Jean-Luc Mélenchon, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik